Le stretching au service de la relation cavalier/cheval
samedi 27 novembre 2004

salon4-conf
Conférence.Ph.E.F.

Chaque jour, le salon organise des conférences autour du bien-être du cheval. Ce matin, c’était à Jean-Michel Boudard de faire son entrée en piste pour présenter « le massage et le stretching appliqué au cheval »

Massages, stretching, depuis 20 ans, ses pratiques sont très à la mode chez les humains, alors que pour les chevaux elles sont pratiquement inexistantes.

Jean-Michel Boudard, ostéopathe diplômé a décidé d’y remédier en mettant au service de la plus noble conquête de l’Homme et de son cavalier, son savoir et sa pratique. Après un diplôme en masso-kinésithérapie, il a travaillé pendant 10 ans aux côtés de sportifs de haut niveau notamment dans le domaine de la natation. Mais en 1990, il décide de renouer avec sa passion du cheval et se forme à l’ostéopathie équine auprès de nombreux praticiens, comme Dominique Giniaux.

Son objectif est simple : inculquer aux passionnés du cheval le bien-être du cheval par le biais de séances de relaxation et de massages.

Si cette démarche vous intéresse, sachez qu’officiellement, aucune école reconnue n’existe, mais des professionnels ayant suivie des formations d’ostéopathie humaine et l’ayant appliqué aux chevaux proposent des stages, que vous devez impérativement suivre pour ne pas faire n’importe quoi. Dans cette optique de transmission des connaissances, Jean-Michel Boudard présente cet enseignement au Salon du cheval.

Le rôle du stretcheur-masseur est d’aider le cheval à optimiser sa forme et permettre également la prévention de pathologies. Un rôle de prévention non négligeable au sein du système de suivi de l’entraînement, mais qui jusque là était pourtant très peu pratiqué.

La démarche consiste à rechercher par la palpation les zones de tension freinant et déséquilibrant la locomotion, les fonctions digestives et comportementales. Le cavalier apprend à ressentir les tissus qui vivent sous ses doigts. «Un cheval souffrant fait toujours parler son corps, explique Jean-Michel.Toute la difficulté est d’écouter ce qu’il dit."

Les cours dispensés tournent autour de trois axes : la découverte, la lecture et le soin.

La première séance est ainsi consacrée au cavalier afin de comprendre ses propres problèmes musculaires. Un exercice indispensable pour Jean-Michel Boudard qui considère que le cavalier et sa monture ne font qu’un : «le cavalier présente une douleur et la compense, ainsi il crée un déséquilibre avec lequel le cheval devra composer et qui créera également chez lui un déséquilibre. »

La deuxième phase est le contact avec le cheval. Le stagiaire apprend à « lire » les douleurs de sa monture. « Lire » signifie comprendre et pour cela le toucher est le premier des sens sollicités. Après avoir senti les douleurs de son compagnon, le cavalier est plus à même d’adapter son travail monté. Par exemple si le cheval ne peut pas déployer son antérieur droit aussi loin que le gauche, il est logique que son allongement au trot ne pourra s’effectuer correctement. Tout l’enjeu de cette lecture du cheval est de créer une communication avec lui. La dernière phase est le soin au travers d’exercices qui n’ont rien avoir avec les manipulations que les ostéopathes et vétérinaires peuvent pratiquer mais servent à agir quotidiennement sur le mal chronique par des exercices.

L’ensemble de cette méthode n’enlève en rien l’intervention d’un vétérinaire, au contraire ses deux pratiques sont complémentaires. Le stretching reste avant tout une façon de comprendre les douleurs de son cheval et de créer grâce à ses palpations une communication entre vous et lui. Ses gestes ne sont en rien des actes médicaux mais une gymnastique du corps.

Jean-Michel Boudard vous acceuille sur son stand situé à l'entrée du hall 4 où il propose entre autre son livre "Le stretching pour votre cheval