Le western prend du galon
vendredi 10 novembre 2006

equita6-western
Ph. www.equitalyon.com

Revenons sur les récents événements à Ozoir-la-Ferrière puis à Lyon. Pour cette édition d’Equita-Lyon, l’espace réservé au Western prenait ses aises. Le programme s’étoffe…

Deux cent cinquante chevaux de races américaines étaient présents. La carrière ne désemplissait pas pour les épreuves d’élevage ou celles montées. Ce fut d’ailleurs une pleine satisfaction pour la première initiative régionale. En effet, la commission Western CRE Rhône-Alpes (une des rares commissions mises en place dans l’Hexagone) organisait des rencontres de Reining, Pole Bending, Barrel ou de Pleasure. Cinquante participants effectuaient plus de cent vingt parcours. Devant le succès rencontré, les organisateurs « positivent » déjà en prévoyant une participation à la hausse l’an prochain. Pour la partie élevage, l’ambiance était au beau fixe, ce que confirmait Franck Gilbert. Ancien président de l’association Paint, il s’est reconverti dans l’organisation des manifestations : « Le potentiel élevage augmente et se reflète dans les épreuves. La sélection plus affinée porte ses fruits ». Equita’Lyon devient, sans aucun doute, la plate-forme incontournable des différentes chapelles Western. Cet événement était également l’occasion de renouer avec l’AFQH (Association Française du Quarter Horse). Cette dernière sommeillait suite à des disfonctionnements. Aujourd’hui, Michèle Dfender a repris les rênes. Le travail est important pour remettre l’association sur les rails. On compte en France 4600 quarter horses et 1785 propriétaires. « Si l’importation reste active en ce qui concerne le haut niveau » confirme la présidente, « le marché français a su répondre jusqu’à présent à la demande pour les autres destinations. » L’AFQH renaît de ses cendres et elle se veut efficace pour sortir de la marginalité.

Plus au Nord, Ozoir-la-Férrière était, la semaine précédente, le théâtre du championnat Western AFEW. On notait une augmentation des participants dans disciplines dont le Trail au détriment du Reining. Cette situation n’était pas pour déplaire au juge Allemand qui assurait que nos cavaliers pouvaient prétendre à rivaliser au niveau européen. Beaucoup de cavaliers nouveaux goûtent aujourd’hui à la compétition. Alors que la saison se déroule, pour les amateurs, dans un contexte de proximité, ce championnat très fédérateur donne une occasion de se retrouver à un échelon national. A noter que le Sud-est tire son épingle du jeu avec des cavaliers sur l’ensemble des podiums et l’obtention du trophée des régions.

Photo www.equitalyon.com