Les 50 euros par livret : questions pratiques
mercredi 25 février 2009

Taquin-JSF07
Taquin du Logis Ph: Les Garennes

Face au désengagement de l’Etat, plusieurs associations nationales de races, dont celle du Selle Français, ont mis en place un prélèvement automatique de 50 euros sur l’édition des livrets signalétiques des poulains. Nous avons essayé de réunir les questions, parfois d’ordre tout simplement pratique, que peuvent se poser les éleveurs à propos de ces nouvelles modalités.

Voici les réponses qui nous ont été apportées, par écrit, par Philippe Lemaistre, secrétaire général de l’ANSF (Association nationale du Selle Français).Pourquoi cette initiative, alors que les éleveurs se plaignent déjà de l’augmentation de leurs coûts de revient ? Philippe Lemaistre : Je m’en suis expliqué en détails dans le premier numéro du magazine « Selle Français » de l’ANSF, adressé à tous les éleveurs. En résumé : Une bonne valorisation des chevaux issus du stud-book SF passe nécessairement par une promotion active de la marque, ce qui nécessite des budgets que malheureusement nous n’avons pas. Malgré la qualité de notre élevage, nous sommes sur ce point en retard, essentiellement par l’absence de moyens comparables à ceux de nos concurrents directs qui, eux, travaillent avec des budgets au moins vingt fois supérieurs aux nôtres. En effet, ne nous faisons aucune illusion, la globalité des sommes ainsi collectées, probablement de l’ordre de 250 000 €/an, ne représente guère plus de 5 % du budget de nos concurrents les plus actifs.De plus, cette contribution volontaire de 50€ marque la volonté d’engagement personnel de l’éleveur dans le stud-book SF ; sa volonté de soutien à une véritable politique de promotion pour notre race et les éleveurs qui la produisent.Cette ressource va nous aider, en partie seulement, à compenser les baisses significatives de soutien de l’Etat, dont le désengagement progressif est manifeste.Cette inscription remplace-t-elle l’adhésion à l’ANSF ? L’Adhésion au stud-book pour le produit et son adhésion au programme d’élevage du SF est une chose. L’adhésion d’une personne en tant qu’individu à l’ANSF en est une autre. L’adhésion d’un produit au stud-book SF et l’adhésion à l’ANSF sont deux démarches différentes et complémentaires.

Sur le plan pratique, comment règle-t-on la contribution sur livret ? Faut-il faire un chèque à l’ANSF ? Les formalités sont très simples. L’inscription se fait en même temps que la déclaration de naissance. Il n’y a pas de règlement à part pour l’ANSF, celui-ci est global.Si l’éleveur fait la déclaration par internet, il coche simplement la case prévue et suit les indications figurant à l’écran. Si l’éleveur fait la déclaration sur papier, il envoie un seul règlement à l’ordre des Haras Nationaux, qui comprend le livret et l’inscription au stud-book SF.

Les éleveurs auront appris cette nouvelle disposition après avoir décidé de leur croisement pour produire un SF. Sont-ils tout de même obligés de payer ? Le stud-book a la liberté de demander une participation financière lors de l’inscription d’un poulain. Si l’éleveur la refuse, il a le choix de ne pas inscrire son produit au stud-book.

Ceux qui refusent de payer 50 €, et donc refusent l’adhésion volontaire au SF, ont-ils la possibilité d’enregistrer leurs poulains au CSAN de Fernand Leredde, au « stud-book » européen de François Daubé, ou autres AES et Z ? A ce jour Fernand Leredde n’a jamais voulu créer un stud-book mais mettre en valeur la spécificité anglo-normande qui a fait la richesse de notre Selle Français. Concernant l’initiative de Monsieur Daubé, je n’ai aucune information à ce jour sur l’existence officielle de son projet en tant que stud-book reconnu. Concernant Z et AES, et à notre connaissance, les stud-books étrangers installés en France se sont engagés à ne pas inscrire les produits inscriptibles en Selle Français. Si un poulain inscriptible au Selle Français n’est pas de fait inscrit au stud-book SF, il ne le sera donc pas dans un autre stud-book organisé, mais il aura des papiers d’identité « Cheval de Selle » en 2009, certifiant ses origines. Il pourra revenir ultérieurement au stud-book SF moyennant une redevance fortement majorée. Pour ceux qui ne sont pas inscriptibles au stud-book SF (par exemple jument SF accouplée avec un étalon non agréé facteur de SF), il ne faut pas oublier une règle fondamentale et internationale : si un éleveur décide d’inscrire son poulain dans un stud-book reconnu, il ne pourra plus en changer, son inscription est alors définitive, sa décision est irréversible.Il serait dommage pour un éleveur Français de favoriser l’implantation sur notre sol de stud-books étrangers qui n’ont qu’une ambition, nous prendre des parts de marché alors qu’en finalité, notre livret SF, avec la contribution volontaire comprise, ne lui coûtera pas plus cher selon mes informations que d’adhérer à un autre stud-book étranger de premier plan où ils n’aura pas la parole. Il est temps de montrer que nous sommes prêts à nous unir pour la défense commune autour de notre race « SF » plutôt que de toujours montrer des dissensions incessantes bien stériles et inutiles.

Un remboursement est-il prévu pour ceux qui ont payé les 50 € (dans les 15 jours qui suivent la naissance), si le poulain meurt dans les premiers mois de sa vie, comme c’est le cas avec les Haras Nationaux pour le livret non encore édité. Oui, le remboursement sera identique à ce qui se passe aujourd’hui avec SIRE.

Certains éleveurs ont déjà payé 100 euros « à vie » pour l’inscription des poulinières au Programme d’élevage, avant l’élection de la nouvelle équipe de l’ANSF. Cela est-il en pure perte ? Il est vrai que, associé à ces 100 €, il y a avait un engagement dans la durée d’être sur le programme d’élevage avec les encouragements qui lui correspondaient, ce qui a été fait, mais également de suivre et d’enrichir le dossier des poulinières. Cela dit, ceux qui ont souscrit à ce programme ont, pour la plupart, bénéficié de l’augmentation de la valeur du point PACE de 150 à 200 € sur trois ans lié à la diminution du nombre de juments éligibles au programme. Cela a été identique pour les primes poulinières en concours d’élevage. Indépendamment du fait que les sommes nécessaires n’ont pas été provisionnées pour la maintenance du programme, celui-ci appartient aujourd’hui au passé. Je comprends l’effet psychologique que cette action a eu sur nos éleveurs mais malheureusement la réalité de la situation est là, qu’on le veuille ou non.L’important, alors, n’est-il pas de savoir construire l’avenir ? Le fait de regarder en permanence dans le rétroviseur nous fait-il progresser ? Que faire face à la volonté de désengagement de l’Etat ? Pensez vous que, face à la crise qui nous touche, notre secteur soit un secteur essentiel à défendre pour l’Etat ? Pensez vous que l’image de désunion que nous véhiculons trop souvent soit positive pour notre milieu ? Je pense que des élus responsables ne peuvent ignorer la réalité et doivent prendre les décisions qui s’imposent.

Quels sont les avantages liés au versement de ces 50 € ? Que fera l’ANSF fait pour les éleveurs ? Le produit et sa possible descendance bénéficieront de tous les avantages de la marque SF internationalement reconnue :. La défense des intérêts des éleveurs de SF auprès des pouvoirs publics,. Le bénéfice des projets de la marque, soutenus par le Fonds EPERON,. La promotion de notre race,. Les événements de promotion (JSF, Equita-Lyon) et concours d’élevage,. La participation au programme de sélection,. La sélection et la participation aux finales de la race (JSF, Equita-Lyon),. Les informations régulières du stud-book SF via le Magazine SF,. Le guide ANSF des étalons de la jeune génétique avec une information impartiale,. Le bénéfice de tout le travail réalisé par l’ANSF pour améliorer notre production.

N’avez vous pas peur de perdre beaucoup d’adhérents et de naissances SF à cause de cette cotisation supplémentaire ? Il est évident que cette adhésion volontaire porte le risque d’une non-adhésion de certains anciens éleveurs SF qui n’attendent rien de leur stud-book et à qui le développement d’une marque SF est indifférent. A nous de leur montrer l’importance d’une stratégie de promotion qui n’est faite que pour les aider.Il s’agit véritablement d’un changement de mentalité de la part des éleveurs ; passer à une étape de responsabilisation avec un engagement de soutien à leur stud-book SF. Cette adhésion montrera la volonté de regroupement des éleveurs qui sont collectivement motivés autour de leur marque. Nous comprenons que ceux qui n’ont aucune motivation dans ce sens puissent quitter le Selle Français. A nous de démontrer que les nouvelles initiatives prises sur la sélection et la promotion vont se développer, s’inscrire dans la durée (politique de communication, présence sur le terrain, Journées Selle Français, congrès mondial, site d’engagement, nouveau programme de sélection génétique, championnat de France de Lyon …) et déboucheront sur de nouvelles initiatives de commercialisation du Selle Français en France et à l’Etranger.De nombreux signaux aujourd’hui montrent que beaucoup d’éleveurs ont constaté la réalité des changements en cours et appuient ces initiatives.

Quid des poulinières : ont-elles droit aux concours d’élevage si l’éleveur ne paie pas les 50 euros du poulain qui la suit ? Les concours d’élevage organisés dans les régions qui ne sont pas spécifiquement Selle Français, permettent une participation des poulinières à ces concours. Par contre, les dotations et encouragements de la race Selle Français (Modèle, PACE) sont exclusivement réservés aux poulinières (Selle Français ou Facteur de Selle Français) suitées dont le poulain est inscrit dans la race Selle Français. Seuls les poulains Selle Français pourront bénéficier et participer aux Finales nationales, Journées Selle Français de Saint-Lô et aux sélections foals s’y rattachant.

Que se passe-t-il pour une jument non suitée en 2009 (l’éleveur ne payant alors pas les 50 euros puisqu’elle n’a pas de poulain) pour le versement de la prime PACE ? Pour une jument qui n’a pas de poulain, l’éleveur n’ayant pas eu à choisir ou non l’appartenance du poulain au stud-book Selle Français, la règle existante continue à s’appliquer.

Le versement des diverses primes de concours et de modèle et autres primes PACE (acquis à tous les éleveurs naisseurs qui payent ces 50 €) sera-t-il maintenu dans les années à venir quel que soit le statut professionnel des éleveurs ? Le facteur déclencheur du versement des encouragements est lié à l’inscription du poulain au stud-book et à sa qualité génétique. Nous n’avons eu aucune information sur la définition de ce qu’est un éleveur professionnel ou pas par le Ministère de l’Agriculture. Nous espérons dans l’avenir une clarification sur ce sujet qui fait toujours couler beaucoup d’encre sans jamais apporter de réponse claire et définitive.

Est-il prévu une modification du calcul de la prime PACE et si oui laquelle ? Qu’en est-il de la prime aux naisseurs ? Nous avons eu un séminaire sur les encouragements il y a maintenant plus de deux ans à Dijon. Lors de celui-ci, la volonté de l’Etat a été clairement exprimée pour la suppression de la Prime aux Naisseurs. Nous nous sommes battus depuis sur ce sujet. Depuis deux ans, nous n’avons plus jamais eu ni concertation ni discussions avec la Sous-Direction du Cheval qui décide seule de la politique d’encouragement de l’Etat à notre filière. Je suis donc dans l’incapacité de répondre à votre question à ce jour.Nous avons fait des propositions concrètes sur la réforme de la prime PACE qui sembleraient avoir reçu un écho favorable. Cette réforme est intimement liée à la volonté de l’ANSF d’encourager la génétique femelle de qualité, avec un volet incitatif particulier concernant la mise à la reproduction des jeunes juments de qualité.