Les Français en tête de 17 nations à Compiègne
mardi 26 août 2008

compiegne8-podium
Ph. F. Lefort

Le 22 août, à la demande de la FEI, deux courses de sélection ont départagé les jeunes chevaux d’endurance. 119km étaient au programme du mondial des 7 ans et 140km pour les 8 ans. Sur les 17 nations réunies, la France tire son épingle du jeu.

Vincent Dupont remporte la course des 7 ans avec Nota Lotoise (née chez Guy Bary) et Sandrine Lance rafle le titre des 8 ans sur Mediatik Larzac.« Les bons cavaliers gagnent, conclut l’entraîneur national, Jean-Louis Leclercq. Donc je suis rassuré : l’équitation prend de l’importance en endurance ; les cavaliers en équilibre qui ne fatiguent pas leur monture arrivent en tête. Mais je suis inquiet car sur 49 chevaux reconnus « élite » dans leur classe d’âge, je n’ai eu que 17 candidats sur 25 places à 7 ans et 25 sur 25 à 8 ans : il n’y a eu aucune sélection. Où sont les autres ? Compiègne a une bonne réputation, celle de ne pas casser les chevaux, pourquoi ne sont-ils pas venus ? Ils sont vendus. Dommage.»

Les couples ont subi le déluge, une seule averse… en continu. « C’est le problème majeur, assure Yves Guillou, qui a tracé l’itinéraire. La forêt de Compiègne exige une accumulation d’efforts sur des montées raisonnables, mais longues, avec des faux plats, des petits dénivelés et des petites grimpettes. » Mais l’eau ne rentre plus dans le sol détrempé, qui ruisselle. On glisse dans les dévers. Certains cavaliers montent les côtes à pied, certaines montures sont harassées.

Pour les 7 ans, Vincent Dupont bat un peloton de dix couples à 19,99km/h de moyenne avec Nita Lotoise. Après la confirmation du résultat au vet gate, il saute et crie sa joie comme un gamin. Un vrai bonheur. « J’avais confiance dans ma jument, que je sentais bien. On était rassemblé, mais pas question d‘accélérer trop tôt sur ce sable détrempé. Personne ne voulait prendre la tête, alors à 7km du but, avec Melodie Theolissat/Nourra des Paccoullis, on a décidé de réduire l’allure, de tout miser sur le sprint. Nita a une bonne pointe de galop, on a foncé dans la dernière ligne droite et on l’emporte à une encolure près sur Melodie ! J’ai achetée Nita à Uzès à 5 ans pour son chic et son modèle, j’ai refusé de la vendre à Rambouillet en mai dernier pour tenter ce mondial qui parachève mon travail de valorisation. Pour la préparer, bien la mettre dans la distance, j’avais couru à Saint-Amand, les 120km, à 18km/h de moyenne. »

Du côté des 8 ans, la bagarre s’est jouée entre Maria Alvares Ponton, Christian Lissarague, Sabrina Arnold, Sunny Demedy, Guy Dumas, Sandrine Lance, Mary Line Lemoine, Laurent Mosti… Waadi étant refusée au 2e contrôle avant la dernière boucle, Maria Alvares Ponton qui avait fait la course en tête, laisse la place. Alors, des paquets de quatre ou cinq se font et se défont jusqu’au sprint final où Sandrine Lance arrache la victoire à Guy Dumas. S. Arnold est 3e, devant C. Lissarague, S. Demedy, puis Ludovic Saroul tout seul, comme Laurent Mosti … Sandrine qui s’est classée 2e lors de la 120km en Belgique le mois dernier, reste humble : « c’est Mediatik Larzac qui a tout fait. Il m’a été confié par Guillaume Van de Kerkhove et voilà notre 1ère victoire. Je ne pensais pas remonter 10 couples en 20km avec ce terrain gras. Gagner au sprint est toujours un peu le hasard, mais Mediatik a reconnu l’arrivée et accéléré, il a filé comme une balle. »