Marc Damians prend la présidence
lundi 21 février 2005

damians
Marc Damians - Ph. Claude Bigeon

L’assemblée générale annuelle de la Société hippique française qui gère les circuits des jeunes chevaux de sport s’est déroulée vendredi 18 février à Paris.

L’enjeu était important puisqu’elle a été l’occasion d’organiser le scrutin des élections. Jacques Bastin-Lavauzelle ne se représentant pas à sa succession, deux listes étaient opposées, celle emmenée par Bruno de Lapeyrière et l’autre constituée autour de Marc Damians. Il fallut attendre la fin de l’assemblée générale non valide faute de quorum pour connaître enfin les résultats. Du côté des cooptés, c’est la liste de Marc Damians qui a remporté le suffrage. Voici les élus du collège des cooptés avec leur nombre de voix : Belz (160), Damians (156), de Chaise Martin (155), Blethon (148), Disant (147), Leredde (147), Atger (146), Marcenat (146), Fulop (143), Cancre (142), Charmes (140), Casas (138), Bouard (136), Bruneel (136), Normandin (133).

La liste des élus annoncés le 18 février à 17 heures est la suivante: Naisseurs : Chauvin, Lavergnat, Robiano, Morel, Cizeron ; Propriétaires : Martinot, Roguet, Brohier, Mars, Fersancourt ; Cavaliers : Hermon, Bonneau, Fortin, Angot, Lepetit. A l’issue de l’AG, le comité directeur s’est réuni et a élu Marc Damians (président de la filière cheval de Rhône Alpes, membre de la commission finance de la FEI et juge international de CSO) comme président et M. Chauvin comme vice-président. Voilà, donc le nouveau comité directeur de la SHF en place. Bien que non valable (une nouvelle AG a été convoquée le 4 mars au siège de la SHF), l’assemblée générale s’est tout de même déroulée normalement et a permis ainsi à François Roche-Bruyn, le responsable de la Sous-Direction du cheval d’évoquer l’avenir de la SHF qui devra notamment à compter de janvier 2006 gérer les épreuves d’élevage poney. Ainsi, il a rappelé que “la SHF apparaît pour certains comme un élément stable sur lequel le monde de l’élevage souhaite s’appuyer. Elle a effectivement un rôle primordial dans la mise en œuvre du circuit de valorisation et de promotion de l’élevage ». François Roche-Bruyn a aussi évoqué certains points concernant l’avenir de la SHF : »Les évolutions budgétaires imposent à la SHF de conduire une réflexion sur sa nécessaire autonomie financière…les associations de race doivent participer de manière explicite à vos travaux et donc leur représentation dans vos structures doit être clairement prise en compte.” Voilà qui est dit. La SHF va devoir se prendre en main en partenariat avec les gestionnaires des stud-books.