Trois questions à Henk Nooren
samedi 05 septembre 2009

Henk Nooren
Henk Nooren © Eric Fournier

Entre deux concours, Henk Nooren s’était posté aux abords du Grand Parquet pour observer les 6 ans.

Qu’est ce qui motive votre présence à la Grande Semaine ?Je cherche des chevaux pour moi ou mes clients, des 6 ou 7 ans qui soient susceptibles d’évoluer encore et d’aborder bientôt les CSI. Je vois des chevaux à l’entraînement au paddock et je les suis en piste pour confirmer ou infirmer mes premiers sentiments.

Quel est votre avis sur l’événement et sur le comportement des chevaux? C’est incontestablement une très belle manifestation d’envergure européenne puisque des marchands internationaux sont là. Je trouve les épreuves plus difficiles qu’à l’étranger, notamment à cause des dénivelés du terrain, mais c’est un bon exercice pour la formation des chevaux. Je constate qu’ici les chevaux sont un peu moins soumis que dans d’autres pays européens….disons qu’ils s’expriment avec plus de naturel….

Avez-vous des origines de prédilection ? Non, c’est le sport qui prime. Dans un événement connoté élevage comme la Grande Semaine de Fontainebleau, je comprends que l’on cherche à valoriser des origines, des terroirs, des étalons. Le savoir-faire des éleveurs a besoin d’être reconnu. Pour mon activité c’est le sport et uniquement le sport qui compte. Il faut des chevaux forts, endurants, toniques ; Je cherche des chevaux efficaces.