Une place honorable, qui dit mieux
lundi 11 août 2008

london8-pfender
M. Pfender Coach de l’équipe et D. Avery directeur international de l’AQHA entourés des filles © Yves JOUCHOUX

Les quatre cavalières engagées, du 6 au 13 juillet, dans la rencontre « Youths » orchestrée par les Canadiens ne se sont départies à aucun moment de leur combative envie de découvrir la compétition western Outre Atlantique. Elles ont tenu ferme et c’est tout à leur honneur.

Nous l’avions évoqué le mois dernier, nos jeunes disciplines de l’Equitation Western ont été conviées à participer à des stages et une compétition réservée à la classe Youth à London au cœur de l’Ontario. A l’issue des stages sous la houlette d’entraîneurs accomplis et des épreuves au programme, nos jeunes se placent en dixième position sur seize nations engagées ainsi qu’une valeureuse quatrième place en Cutting obtenue par Camille Brocard.

Ce n’est pas la gloire d’un podium mais c’est un résultat qui rassure l’équipe qui comprenait également Anastasia Bienfait, Emilie Laversin et Pauline Jouchoux. En effet, le clan Français comptait un compétiteur de moins que les autres équipes engagées alors que la compétitivité de ces derniers plaçait l’ensemble des prestations à un niveau élevé. En définitive, ce résultat permet d’analyser la situation, de comparer les enjeux et de faire le point sur les actions à mettre en place pour que nos jeunes soient encore plus opérationnels dans un futur proche. « Ils ont découvert le continent Américain, machine colossale en matière d’organisation et de mise en œuvre d’une compétition, une chose dont ils n’avaient jamais mesuré l’importance » explique Yves Jouchoux, membre du bureau de l’AFQH et père de Pauline.

Des professionnels attentifs, la fourniture des chevaux pour seize équipes, des formations nec plus ultra à la fois très technique et ludique, la logistique ainsi que de nombreuses occupations en marge de la compétition formaient le packaging d’une semaine de rêve confirme encore le père de Pauline. « C’est pour dire, Pauline à monter un cheval, prêté pour l’occasion par son propriétaire et estimé à 100.0O0 dollars. Un miracle qui a pris forme sous sa selle pour sa participation aux épreuves. De quoi conserver en mémoire un souvenir impérissable de cet événement ».

>. Les filles affirment en avoir pris pleins les yeux. Elles ne sont pas prêtes d’oublier cette formidable opportunité qui leur a permis de parfaire leur équitation et de palper cette ambiance particulière dont leurs aînés cavaliers leur avaient évoqué l’ampleur. Un véritable show comme il s’en passe si souvent de l’autre côté de l’Atlantique.