Allemagne : l’absence de testages modifie les modalités d’approbation des étalons 2020
lundi 30 mars 2020

Illustration cheval
Illustration cheval © Scoopdyga

En Allemagne, le système d’élevage devait connaitre en 2020 un changement majeur avec la suppression des notes minimales au testage pour l’inscription d’un étalon au livre principal d’un stud-book -dans un article à retrouver demain sur leperon.fr, nous vous expliquerons pourquoi cette mesure divise et quels sont arguments des « pour » et des « contre ». Covid-19 oblige, ce n’est finalement pas le changement majeur que la filière aura à affronter cette année La fédération nationale allemande a en effet annoncé qu’aucun testage n’aura lieu au moins jusqu’au 30 avril 2020 à cause de l’épidémie de coronnavirus et met en place des mesures spécifiques pour assurer la promotion de la jeune génétique.

En conséquence, il a été décidé que les étalons approuvés à l’âge de 3 et de 4 ans sont inscrits au livre principal du stud-book (Hengstbuch I) pour la saison 2020, même sans testage de 14 jours pour les 3 ans et sans le testage manquant pour les 4 ans. Ces étalons devront faire les testages, qui restent obligatoires, à l’automne 2020 ou au printemps 2021. 

Les étalons approuvés de l’âge de 5 ans, qui ont déjà réussi un testage de 14 jours et une « Sportprüfung Teil I » (épreuve sportive, 1ère partie), sont également inscrits au livre principal du stud-book. Ces étalons devront soit se qualifier pour les Bundeschampionate 2020, soit participer à un testage de 50 jours à l’automne 2020 ou au printemps 2021, soit réussir une « Sportprüfung Teil II » pour étalons de 6 ans en 2021 (organisée exceptionnellement). 

Ces mesures ont été prises pour assurer aux éleveurs d’obtenir des produits plein papiers pour les poulains qui naitront en 2021 d’un croisement avec un jeune étalon. Reste à savoir si les Allemands, qui subissent un confinement similaire à celui de la France, seront en mesure d’emmener les juments à l’insémination. Si en France un protocole a été mis en place pur les professionnels de l’élevage, rien n’a encore été mis en place outre-Rhin.