Bleu, blanc...Rouge de Ravel, le meilleur tricolore
mardi 03 novembre 2020

Priscilla et Jean Noël Pottier, © Eric Fournier

En 2015 déjà, L'Eperon évoquait Rouge de Ravel dans son long format inédit sur ses naisseurs Priscilla Pottier Glaser et Jean Noël Pottier. Rappel d'une notoriété "de Ravel", "St Siméon" et même parfois "de Ravelstsiméon" qui les remet en selle avec le titre de Rouge, meilleur Selle Français au dernier classement WBFSH.

Retour à Mazinerie (Saonnet - 14) où naquit le fils d'Ultimo Van Ter Moude, Bwp et Océane du Ruisseau par Quouglof Rouge, ISO 179/18 monté par Guy Williams (GB). 

L'Eperon avait titré "Haras de Ravel ; Elever de Concert" car Priscilla, née à Cambridge au Nord de Boston (USA), a cultivé jeune une passion pour la musique, l'art, le théâtre et plus largement la culture française en y associant une volonté d'émancipation précoce. Sa famille était musicienne. En arrivant à Paris à dix neuf ans elle rêve de monter sur les planches (tente l'école de la Rue Blanche) comme le fera plus tard avec succès son frère Paul Michael Glaser après son vedettariat dans la série télévisée "Starsky et Hutch" (années 70). Délibérément singulière "je ne voulais pas faire comme tout le monde" elle s'initie au Polonais à New York, tente Langues O à Paris mais est trahie par son accent, rêve de La Sorbonne, étudie le russe, traduit des ouvrages équestres dont "Equitation Jumping" de William Steinkraus. "L'Américaine" que certains raillent et que l'on observe d'abord avec circonspection à son arrivée en Normandie en 1983 trouve chez Jean-Noël, rencontré en concours d'élevage à Caen, les compétences complémentaires pour assouvir sa passion d'élever. Il nous racontait "Elle voulait tout voir et tout savoir de la Normandie".

Parcours régional nettement plus fléché et emprunt, lui, d'une longue tradition familiale d'élevage, pour Jean-Noël, fils de François Pottier "seul Pottier de la Ferme (historique) de Thurin à Lieusaint à ne pas avoir fait carrière dans les chevaux contrairement à ses frères Jean et Clovis". Jean-Noël admet une jeunesse et un horizon bien circonscrits à la Normandie, consacrés quasi exclusivement à la préparation des concours d'élevage pour l'affixe de Thurin d'où sortiront, entre autres, le national Le Prince de Thurin (La Roche sur Yon), Ulysse de Thurin (CSIO), Harmonie de Thurin (soeur d'Echo qui produisit en Belgique d'ou Vanna, CSIW-Ludo Philippaerts) mère de l'étalon Thurin (ISO 159/94) et sa soeur Reine de Thurin (ISO 157/90), championne des 5 ans avec Eric Navet, et beaucoup d'autres comme Kiki (ISO 150/84). "J'étais constamment fourré chez mon oncle".

En s'installant à Saonnet ("La Mazinerie", ancien relais de chasse), le couple met en commun ses juments, élevées sur place et à Ste Honorine des Pertes, après leur carrière sportive. Priscilla apporte les trois juments suivantes: 1/ Lady Rose (Brilloso) qui fit Figaro de Ravel (Sunderland), ISO 141/02 mais aussi Constance de Ravel (Echo de Thurin), ISO 138/98. 2/ Inconnue de Sire (Sire, ps) mère d'Alto de Ravel (Double Espoir), CSI à l'étranger, et de l'immense Ivanho de Ravel (Papillon Rouge) qui toisait 1.92m. Ut de Ravel (Joyau d'Or), première fille d'Inconnue de Sire produisit le performer international Fidélio de Ravel (ISO 169/01), Limelight de Ravel (ISO 130/10), la grise Ultima de Ravel (Cascavelle, Holst) qui lança les carrières de Lucie Saliba et Eliott Souster, Ifyouplease de Ravel (Brahmann St Simeon) mère notamment de  Prettywoman de Ravel (Rosire), ISO 142/12, championne des 5 ans avec Luc Coutaudier. 3/ Joie du Guinchet (Quastor x Fulminant, ds) qui produit d'abord pour le célèbre affixe "du Berlais" en Poitou puis donne Danse (ISO 129/96) et Ballade de Ravel (ISO 131/98) avec Erioso (Rantzau, ps X Furioso, ps). 

De la production de Daphné de Riou (Uriel), leur pilier commun d'élevage, naîtra leur favorite et très généreuse Elue de St Siméon (Elf III), ISO 162/02, CSI avec Julien Epaillard et Christophe Grangier. Elle a remarquablement produit : Quel Elu de St Simeon (Papillon Rouge), ISO 155/13, le bon Tel Elu de St Siméon (Kannan, Kwpn), ISO 151/17, Vinci de St Simeon (Lauterbach, Old), ISO 150/16 et d'autres indicés à plus de 135.

Mais le héros du Selle Français Rouge de Ravel, n'a pas de lien avec les juments originelles de Priscilla, ni même avec les "Thurin" des Pottier.  L'expérience des co-naisseurs et le "feeling", sont le lien. Suffisamment clairvoyante, Priscilla dit se focaliser sur les qualités des reproducteurs quand Jean-Noël relève les défauts et s'avoue "critique". Intransigeants aussi sur le modèle. "Question de culture. On ne se refait pas". Ils semblent en tous cas s'être parfaitement adaptés aux exigences d'un marché qui s'est modernisé. Comme la plupart des éleveurs ils ont sollicité des pères étrangers (Lux Z, Corland, Ugano Sitte, Kannan, Calvaro) en allant  jusqu'en Allemagne (2009) pour confier leur favorite Elue à Sandro Boy "afin de relever le modèle". Priorité aux étalons performers, rarement aux jeunes estimant "... c'est un hasard de plus". S'ils ont largement puisé dans les étalons de Saint-Lô et Uriel, qui trône en photo dans le salon fut sans doute leur préféré.

Même s'ils se font rares aujourd'hui, Jean-Noël était quand même au récent Meeting d'Automne de Saint-Lô, ils n'ont plus grand chose à prouver. Leurs faits d'arme à l'international sont suffisamment parlants à l'instar des trente deux victoires en CSI (145-150) de Jovis de Ravel (Echogène Latour), ISO 174/09, associé à Bosty. Provenant de la lignée Inconnue de Sire (citée plus haut), Jovis était jusqu'à ce jour un de leurs plus beaux ambassadeurs. La distinction de Rouge de Ravel les fait encore monter d'un cran. Une reconnaissance méritée qui récompe des années de labeur.

Pour consulter notre papier sur les derniers classements WBFSH, cliquez ici.