Etalons Prestige, une manifestation à pérenniser
lundi 14 mars 2011

etalons prestige seaborg
SEaborg © Jérôme Schmitt

Dans un contexte de crise, l’annulation tardive de la participation de la délégation espagnole (invitée d’honneur) pouvait faire craindre le pire à l’équipe organisatrice d’Etalons Prestige. La douzaine de bénévoles de l’association « Cheval Prestige » présidée par Roger Tacquet a malgré tout réussi à mener à bon port cette édition 2011.

L’intégration au tour de France des présentations d’étalons de sport et la présence d’acteurs importants du marché de l’étalonnage ont indéniablement élargi la médiatisation de cette journée, dimanche 13 mars à Saint-Etienne de Tulmont (82), tout en améliorant le panel d’étalons. Cette évolution a été relayée par l’équipe organisatrice qui a bien compris l’importance de la communication dans le marché actuel. La présence d’une responsable presse et l’envoi de 5000 flyers aux éleveurs du grand Sud en témoignent. Ainsi, comparativement à l’édition 2010, on notera une augmentation non négligeable de la fréquentation, mais surtout une proportion plus élevée d’éleveurs au sein d’un public qui paraissait contenir moins de badauds.
Interrogés à ce sujet, plusieurs étalonniers présents se sont dits globalement satisfaits par cette journée, le nombre de contacts concluants s’étant plutôt bien maintenu dans un contexte annoncé comme peu favorable. Sur le plan matériel, l’organisation est sur la bonne voie. Que ce soit au niveau de l’agencement des stands ou du programme, les changements mis en place pour cette édition ont été appréciés. Du coté de l’ambiance sonore, si le speaker a fait l’unanimité, un certain manque de mise en scène musicale s’est malgré tout fait sentir.
Les éleveurs d’Anglo-Arabes représentent une part importante du public local et un tiers des étalons présentés appartenait à ce stud-book. Ainsi cette journée fut l’occasion de voir au modèle des performers internationaux comme le très actuel Orient du Py (Quatar de Plapé) ou l’intéressant L’Elu de Dun (Prima d’Or), bien épaulés par un Nathan de la Tour-HN (Fusain du Defey) de retour en Anglo-Arabie ou un Hermes d’Authieux (Ithuriel, ac) désormais stationné en Limousin.
La présence d’étalonniers connus et souvent basés loin du Sud-ouest a permis d’attirer la part d’éleveurs régionaux portés sur les reproducteurs médiatiques. Quintus, Quite Easy et Quality Touch auront par exemple alimentés bien des conversations. Au sein des rangs de l’IFCE, le capital sympathie accordé par le public à Flipper d’Elle ne semble pas s’estomper avec les années.
Les élevages de poneys de sport et de chevaux d’endurance étaient respectivement représentés par six et dix reproducteurs. L’importance prise par ces deux orientations de production dans la filière locale trouvant là sa légitime représentation.
Après plusieurs années d’interruption, Etalons Prestige a été relancé en 2010 avec à la clé une fréquentation encourageante. Au moment où certaines manifestations connaissent des difficultés notables, le bilan globalement positif de cette édition 2011 ne peut que légitimer la poursuite de cette présentation qui répond à un véritable besoin pour les éleveurs du grand Sud-ouest.