Génétiqu’Anglo, l’Anglo passionnément
dimanche 18 avril 2021

Nathan de la Tour
Nathan de la Tour © Anais Levé

La saison d’élevage est en pleine effervescence et les prairies s’animent peu à peu des nouveaux-nés. Spécialisé dans la promotion de l’Anglo-Arabe, Génétiqu’Anglo propose cette année une trentaine d’étalons à la monte, de l’espoir prometteur aux performers reconnus. Retour sur la genèse de cette association de passionnés.

L’idée est venue d’une belle histoire, celle de Nathan de la Tour, AA (Fusain du Defey, AA et Suzy de la Tour, AA par Faritchou, AA). C’est l’époque où les Haras Nationaux se désengageaient peu à peu de leur rôle d’étalonnier et se séparaient de leurs protégés. « A l’Automne 2013, les Haras Nationaux organisaient une vente des domaines et Nathan faisait partie du lot », raconte Aurélien Lafargue, président de l’Association des Eleveurs du Lot-et-Garonne (Cheval 47) et de Génétiqu’Anglo. « Très intéressés par le cheval, nous avons réalisé un sondage auprès des éleveurs afin de connaître leur intérêt pour cet étalon, et leurs retours étaient très positifs ! » Ne restait plus qu’à trouver les fonds car Nathan était aussi très plébiscité par les étrangers… Il faut préciser qu’il possède une génétique Anglo exceptionnelle. Son père Fusain du Defey, performer international (ISO 162) est issu de l’une des plus belles souches de l’Anglo-arabie, à savoir Jacinthe du Maury, fille de Jasione, AA. C’est notamment la souche de Rock’n Roll Animal, AA (ISO 140, étalon), mère entre autres de Poèmedamour de Buissy, AA (par Ryon d’Anzex, AA, ISO 136 et performer international), de Nidamour de Buissy, AA (par Ryon d’Anzex, AA, étalon). Sa mère Jasione, AA (par Samuel, AA), base de l’élevage du Maury de Renée-Laure Koch, a produit Blague du Maury, AA (Veloce de Favi, AA, ISO 137), Vieusinge du Maury, AA (Jalienny, AA), Orme du Maury, AA (Fol Avril, AA, ISO 134) et aussi Quercus du Maury, AA, étalon performer (Quatar de Plapé, AA, ISO 161).  La mère de Nathan, Suzy de la Tour, AA (Faritchou, AA, ISO 143) est elle-aussi une référence de l’élevage d’André Mage, issue de la fameuse souche de Carole de Roche, AA (Arlequin, AA), d’où l’étalon Graves*Lot-et-Garonne, AA (Fayriland II, AA) ou Laurentides, AA (Faritchou, AA, ISO 156) entre autres performeurs de niveau international. De quoi attiser de nombreuses convoitises !

Un financement participatif

L’association des éleveurs propose alors la prévente des saillies de Nathan de la Tour afin de réunir les fonds nécessaires à l’achat : « vingt-huit éleveurs nous ont fait confiance et se sont engagés à hauteur de 500 € par saillie réservée, le reste a été financé par Cheval 47. Nous avons ainsi pu acquérir Nathan qui a sailli soixante juments dès la première année à Nérac (47) ! » se souvient Aurélien Lafargue. Ce concept impulsé par des passionnés a ouvert la porte de la sauvegarde du patrimoine génétique de la race par l’étalonnage, et c’est ainsi que l’année suivante, une convention de location est signée avec les Haras Nationaux en réponse à l’appel d’offre lancé par l’institution :  les étalons Quercus du Maury, AA (Quatar de Plapé, AA), Fusain du Defey, AA (Phosph’Or, AA), Rock’n Roll Animal , AA (Quatar de Plapé, AA) et Fango in Blue, AA (Veganum, AA) rejoignirent Nathan à Nérac et Génétiqu’Anglo vit le jour. En s’appuyant au départ sur la mutualisation de moyens avec le Lycée agricole de Nérac pour les infrastructures, sur la bureautique de l’association des éleveurs et sur le soutien de la Région, cette structure associative s’est concentrée sur la voie mâle et a réinvesti les bénéfices dans de nouveaux étalons, comma cela a été le cas de Potter du Manaou, AA (Ryon d’Anzex, AA) ou Olala de Buissy, AA (Cook du Midour, AA). Aujourd’hui, les étalons ont quitté le Lycée agricole et stationnent en hivernage dans une écurie à quelques kilomètres de Nérac, avant de rejoindre leurs stations de monte annuelles réparties sur la France entière, mais aussi à l’étranger (Nathan de la Tour a notamment été loué pendant quatre ans en Allemagne).

Préserver la génétique

A travers cette démarche, Génétiqu’Anglo veut conserver un patrimoine génétique et proposer de façon collective des étalons Anglo-arabes : « nous nous attachons à la diversité génétique, aux performances et à la qualité de semence », explique Aurélien Lafargue. « Nous sommes plus exigeants envers les « vieux » mais nous misons aussi sur des jeunes pour l’avenir, sous certaines conditions commerciales avec leurs propriétaires. Nous avons des propriétaires et partenaires qui nous confient leurs étalons afin de proposer des reproducteurs de qualité sportive et génétique. » 

Mais la voie des femelles se fait peu à peu une place au sein de cette association avec l’acquisition d’une quinzaine de juments placées chez des éleveurs de confiance . « Nous souhaitons créer une jumenterie sélectionnée sur la génétique et le sport, et qui produise en race pure. Elles sont acquises pour leur carrière de reproductrices. Les premiers poulains sont nés en 2020 », ajoute le président qui se tourne déjà vers un autre projet, celui d’acquérir de jeunes mâles étalonnables, à raison de un à deux par an. « C’est une opération qui vise à proposer de futurs nouveaux étalons, et s’ils ne satisfont pas aux critères de reproducteur lors de leur évolution, ces poulains seront commercialisés, tout comme les produits de nos juments. »

Génétiqu’Anglo s’oriente donc résolument vers une préservation de la race dans sa globalité et une relance dynamique de l’Anglo-arabe qui, si elle n’était pas portée par des passionnés, se verrait probablement faner sous les lueurs commerciales. Malgré le faible nombre de naissances annuelles, elle est pourtant reconnue comme amélioratrice, porteuse de sang et les étrangers, en particulier l’Allemagne, terre d’élevage, ne manquent pas d’utiliser le sang des reproducteurs français.