Jo de Labarde, reproducteur à la carrière atypique
jeudi 13 février 2020

Jo de Labarde
Le nombre de produits de Jo de Labarde est faible mais tous font preuve de belles qualités © Sportfot

Si Jo de Labarde est connu, c'est principalement pour ses résultats sous la selle de Kevin Staut à la fin des années 2000. Le fils de Quat'Sous, prélevé avant sa castration à 13 ans, gagnerait à être connu également pour sa production : le nombre de ses produits est faible, mais tous font preuve de belles qualités. Jo de Labarde est mort il y a quelques semaines mais des paillettes sont toujours disponibles. Le point avec sa propriétaire, Florinda Detouteville.

"Jo est entré par hasard dans ma vie", se souvient Florinda Detouteville qui a eu le plaisir de partager le quotidien de l'étalon durant ces sept dernières années. Mort il y a quelques semaines à l'âge de 23 ans, Jo de Labarde avait connu de belles heures entre 2008 et 2010 sur les plus grand terrains de saut d'obstacles internationaux associé à Kevin Staut. Alors propriété du Haras de Hus, le cheval s'est toujours montré volontaire, mais pouvait être très chaud. Décision est prise de le castrer l'année de ses 13 ans. Trois ans plus tard, le fils de Quat'Sous s'écarte définitivement du haut-niveau et croise la route de Florinda. "Durant cinq ans, nous avons évolué sur des hauteurs allant jusqu'à 1,25m. Après ses années à haut-niveau, c'était comme une pré-retraite pour lui. Il aimait tellement le concours et tellement sauter qu'il a eu beaucoup de mal à accepter la retraite complète d'ailleurs. Il voulait toujours monter dans le camion, il tiquait à l'ours...". Cette générosité est ans aucun doute la qualité première du cheval. "Peu de chevaux supportent de passer de la monte de cavaliers pro internationaux à la monte d'un amateur mais il s'est adapté à moi. A l'abord des obstacles, il me disait "laisse moi m'organiser, j'ai vu mieux que toi", et c'était vrai. Il avait de l'énergie, mais qu'il mettait toujours à profit du cavalier. C'était un cheval sensible, qui préférait l'homme à ses congénères et qui était très précautionneux". Pour preuve, c'est le seul cheval qu'a pu monter Florinda lorsque son troisième cancer est survenu. Affaiblie, elle n'en a pas moins hésité à prendre le départ des championnats de France amateur sur le Grand Parquet."Il avait été grandiose. Un cheval comme ça on n'en a qu'un dans sa vie, tant sur le plan sportif qu'au quotidien". 

Une jeune production prometteuse 

Toutes ces qualités, Jo, peu utilisé avant sa castration, semble les retransmettre à ses poulains. Les dernières générations sont issues de paillettes prélevées et la semence est extrêmement fertile. Sur 39 produits, treize ont sept ans et plus et deux ont des indices au-dessus de 120 : Un Deux Trois Folie (Jo de Labarde x Natif de Corday, ISO 139), 20e de sa génération à 5 ans et VIP de Brandois (Jo de Labarde x Funny Star), qui concourt sur des épreuves 1,30m avec un cavalier amateur. Sa plus jeune production semble elle aussi prometteuse, avec de nombreux chevaux gagnants ou classés lors de concours d'élevage. Florinda, a qui il reste des paillettes, regrette de ne pas avoir eu le temps de mettre la production de ce Selle Français Originel en valeur, tant il trace : "Il transmet toutes ses qualités mentales de volonté et d'énergie ; ses qualités physique et notamment son excellent équilibre ; ses qualités de santé, lui qui n'a jamais eu aucune mollette. Sans oublier son chic et sa présence. A tous les éleveurs qui lui feront confiance : si ils n'ont pas un crack, ils auront un parfait cheval d'amateur". Homozygote bai et blanc, Jo a produit des chevaux de couleurs, dont un Appaloosa que le Haras van de Helle a acquis après sa victoire dans le championnat de France des foals dans l'objectif d'en faire un étalon.