Lys de Darmen, pour l’amour du Lys
lundi 26 septembre 2022

Lys de Darmen
Lys de Darmen © Coll.

Voilà un étalon français qui n’a eu aucun produit né en France et qui n’est pas à proprement parlé un "étalon star". Et pourtant, le sang de Lys de Darmen est synonyme de performances au plus haut niveau mondial et de prix records lors des ventes aux enchères les plus prestigieuses. Découverte d’une généalogie et d’une descendance très actuelle, marquée par l’histoire de l’Anglo-Arabe, du Selle Français et du Bwp.

C’est en avril 1977 que Lys de Darmen voit le jour, à Boutteville, proche des plages du débarquement et de Sainte-Mère-l’Eglise, en Normandie. Un terroir d’excellence pour l’élevage de chevaux de sport, les plus grands noms de l’élevage - hommes et chevaux - y ayant puisé leurs racines. Le bel alezan est quant à lui déjà le fruit d’une longue sélection menée par Raymond Groult, et débutée en 1954 avec la jument fondatrice Carmen (Vas y Donc), qui n’est autre que l’arrière-grand-mère de Lys de Darmen. L’éleveur normand a d’ailleurs été fidèle aux étalons nationaux basés dans le Cotentin et n’a produit des poulains qu’avec la descendance de Carmen. L’originalité de Raymond Groult fut également de ne pas utiliser d’affixe (usage en plein développement dans les années 1970/1980), mais plutôt de donner un nom avec la consonance "armen". D’où Miss Carmen, Darmen, Varmen… tous descendants de Carmen.

Lignée maternelle : "Prends garde à toi !"

Raymond Groult reçut Carmen en cadeau de son père, pour débuter son exploitation agricole. Carmen, jument alezane, près de terre, est une fille de l’étalon vedette de l’époque, Vas y Donc (Karikal). Très typée de son père, Carmen est faite dans un carré, avec des articulations fortes, un tempérament volontaire, facile au quotidien mais attend patiemment, attaché au bout du champ, pendant que sa mère fauche les foins. Son fils, Horse de Carmen (Tanael), a quant à lui effectué une carrière d’étalon honorable au sein des Haras nationaux, produisant plusieurs bons gagnants en CSI. Horse de Carmen est d’ailleurs un propre frère de Darmen, la mère de Lys de Darmen. Alezane toisant 1,71 mètre, Darmen a produit en France pour le compte de son éleveur, Raymond Groult. Partant de la "trappue" Carmen, l’apport de Fra Diavolo et de Tanael a donné de l’amplitude et de la taille à Darmen. Outre Lys de Darmen, Darmen est la mère de la gagnante internationale Une Darmen (Jasmin de Gruchy), brillante jument de concours sous selle étrangère.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 436 de L'Eperon Hebdo (paru le 21 septembre 2022), disponible sur notre boutique en ligne.