Région Rhône Alpes : Les choix de Bertrand Moissonnier (élevage du Biolay) et Philippe Prévost (élevage de Fondcombe)
lundi 08 mars 2021

poulain
poulain © Scoopdyga

La saison des mariages pour la jumenterie sport commence ! Face à une offre pléthorique d’étalons, comment choisir le bon fiancé ? Notre tour de France pour interroger les éleveurs sur ce qui guide leur décision s’ouvre avec l’Ain, un département où le cheval de sport a toujours été à l’honneur.

A Lent près de Bourg en Bresse, Bertrand Moissonnier a pris les rênes de l’élevage du Biolay, où son père Albert a fait naître Galopin du Biolay SF (Butin d’Elle, SF) ISO171/07 (CSIO avec Jessica Kürten/IRL), et son grand-père Raymond a produit Séducteur Biolay SF (Pontoux, PS) ICC 174/95 (J.O. Atlanta avec Didier Willefert). Bertrand Moissonnier valorise lui-même une bonne partie de ses produits. Début mars, il n’avait pas encore fixé tous ses croisements mais il a des idées bien précises dans la conduite de ses choix d’étalons. « Je ne me décide jamais trop à l’avance car j’aime bien voir le résultat des croisements choisis avec les poulains de l’année. Pour moi la jument transmet 70% du patrimoine du poulain, donc il faut trouver l’étalon qui apporte de quoi améliorer en évitant les croisements hasardeux. Je cherche à apporter du chic car j’ai une souche qui a transmis des têtes un peu lourde avec une très bonne jument que j’ai montée, Omeyade du Biolay, SF (Bon Ami, sBs) ISO 139/12 qui est malheureusement morte de coliques l’an dernier. Je vais mettre sa fille Jayade à la reproduction cette année, c’est une Balou du Rouet, Old (Baloubet du Rouet, SF) qui lui a donné du chic et dont la production a une bonne réussite. J’attache beaucoup d’importance au tempérament, et comme j’ai une jument par Quaprice Boimargot alias Quincy, Holst (Quidam de Revel, SF) et une par L’Arc de Triomphe, Old (Landor S, Old), avec elles je vais choisir des étalons ayant un bon mental. En 2019 j’ai croisé la fille de L’Arc de Triomphe, Aphrodite du Biolay, SF (ISO 136/16, Excellente à 5 ans), une jument pleine de sang, avec Cordial, Holst pour ramener de la masse et j’ai un très beau poulain. Je voulais refaire le croisement mais malheureusement elle est restée vide l’an dernier. »

Bertrand Moissonnier n’oublie pas aussi la rationalité économique. « J’aime beaucoup la génétique de Chacco Blue, Meckl (Chambertin, Old), mais il faut regarder du côté de ses fils, car pour lui c’est inabordable ! C’est toujours un peu un pari mais ça vaut le coup de s’intéresser à la jeune génétique. J’ai été un des premiers à utiliser Cornet Obolensky alias Windows vh Costerveld, Bwp et j’ai eu un très bon poulain. Ensuite la semence qui arrivait en France était plus compliquée à utiliser. Avec les Haras Nationaux on allait beaucoup vers les jeunes étalons, puis c’est passé de mode ! Ça revient aujourd’hui et c’est bien car c’est plus intéressant financièrement, et il y a les programmes du Selle Français. J’ai remarqué les vidéos d’un fils d’Armitages Boy, Old, Festival d’Argouges, SF (ISO 126/20, labellisé ‘’Espoir‘’ par le SF) et j’ai un coup de cœur pour Gorille Doral, SF (Galopin du Biolay, SF) ISO 122 à 4 ans, labellisé "Très Prometteur" par le SF. Je l’ai remarqué lors de la Grande Semaine sans savoir que c’était un fils de mon étalon Galopin du Biolay, né de sa production lorsqu’il était dans le sud-ouest ! Je vais certainement lui mettre une jument. Je n’ai pas encore regardé le catalogue du Haras Bois Margot avec qui je travaille régulièrement. Au Haras Numénor qui est mon voisin, ce qui est un aspect pratique non négligeable, il y a cette année Malito de Rêve, SF (Cumano, Holst) que je vais certainement utiliser avec une jument qui a beaucoup de force. Ce qu’il faut toujours chercher c’est la bonne technique dans l’aptitude à sauter. C’est la base.»

Philippe Prévost, élevage de Fondcombe : « Que des étalons confirmés »

Plus au nord-ouest du département, à Foissiat, Philippe Prévost a installé son élevage de Fondcombe après avoir été éleveur hors sol, ce qui lui a laissé le temps d’affirmer ses lignées basées sur de solides souches maternelles comme celle de l’élevage de Pierre Le Boulanger, Gazelle de Brekka, SF (Paladin des Ifs, SF) qui lui a donné Saura de Foncombe, SF (Balou du Rouet, Old) ISO 168/18, CSIO avec Nadia Peter Steiner (SUI). Il ne valorise pas lui-même ses produits donc est vigilant aux coûts d’exploitation en compétition et cherche à vendre sur les circuits d’élevage où ses chevaux réussissent très bien comme Daenerys Fondcombe, SF (Lando, Dwb) championne de France des 2 ans, et depuis sous la selle de Mark McAuley (IRL).

Début mars, Philippe Prévost n’avait pas encore déterminé son plan de monte, d’autant que sa stratégie s’appuie aussi sur les nouvelles technologies de reproduction. Pour cet adepte de la mise à l’élevage des jeunes juments avant le début de leur carrière en compétition, la conservation des souches maternelles est une priorité. "J’ai utilisé l’ICSI l’an dernier non pas comme beaucoup pour faire de la spéculation commerciale, mais parce que je souhaite assurer la pérennité de mes souches. J’ai deux embryons de Galazza de Fondcombe, SF (Ugano Sitte, sBs, avec Gazelle de Brekka en 2e mère) avec Toulon, Bwp, mais suite à un oubli administratif ils n’ont pas été sexés, donc je dois les faire porter pour savoir ! Je n’ai pas décidé si j’allais le faire cette année, et si je mets cette jument qui prend 5 ans en concours, ou pas. J’ai déjà d’elle un mâle né l’an dernier par What a Quickstar R (alias Big Star, KWPN)et je dispose encore de la propriété de deux paillettes de Big Star. J’aime beaucoup aussi Cristallo I, Westf, et les deux fils de Diamant de Sémilly, Don VHP Z et Emerald, Bwp, pour Ayliria, la fille de Saura avec Quidam de Revel, SF, ou  Elfiria, la fille de Boréale Foncombe avec Con Air, Holst (Contender, Holst), mais je ne peux pas les utiliser avec la souche d’Ailanah qui est une Diamant de Sémilly. J’ai peu de juments et je n’utilise que des étalons confirmés, je ne peux pas me risquer à faire des expériences avec des jeunes. Déjà avec des étalons qui ont de très beaux papiers, on est parfois déçu ! Mais il y a aussi de bonnes surprises : il y a dix ans j’ai utilisé Totilas, KWPN (Gribaldi, Trak) car je voulais produire en dressage, et finalement la production de sa fille Babylou de Fondcombe, SF (Finaliste dressage ‘’Très bon‘’ à 5 ans) a un sacré coup de saut !’’.