Un Eldorado pour l'élevage !
vendredi 18 décembre 2020

Eldorado van de Zeshoek TN
Eldorado van de Zeshoek TN © DR

Cet hiver, L'Eperon vous propose de (re)découvrir plusieurs étalons, qu'ils soient déjà reconnus ou sur la montante, à travers une série de portraits. Le premier d'entre eux n'est autre que Eldorado van de Zeshoek. A seulement seize ans, le protégé du Team Nijhof truste les premières places des classements mondiaux de pères de gagnants et se positionne déjà comme une valeur sure. S’il est toujours difficile de se faire une place parmi l’élite mondiale des étalons de sport, tout paraît facile pour le puissant bai.

C’est sur les terres du stud-book belge BWP, le 22 juin 2004, que naît Eldorado Van de Zeshoek chez Paul Merckx. Eldorado est conçu en 2003, à ce moment-là, son père Clinton (Corrado) âgé de 10 ans, n’est pas encore le grand sire reconnu aujourd’hui et sa mère Bijou Orai (Toulon) âgée de seulement 2 ans n’a pas encore démontré son potentiel sportif.

Clinton et Heartbreaker, le croisement qui fait toujours mouche 

On ne présente plus vraiment le sulfureux Clinton (auquel l'Eperon avait consacré un long portrait), spectaculaire pour sa puissance et son caractère affirmé sous la selle du belge Dirk Demeersman avec lequel il a brillé au plus haut niveau en étant notamment deuxième du mythique grand prix d’Aix La Chapelle et quatrième en individuel lors des Jeux Olympiques d’Athènes. Clinton, à la robe grise héritée de son père Corrado, était un représentant par la voie mâle du chef de race Cor de la Bryère. Cette lignée apporte de l’influx, de la niaque, mais également parfois une bouche délicate. Clinton était un étalon de grande taille, articulé fort, avec une grande classe de galop. Cette puissance provient du grand bai Landgraf I, autre pilier du Studbook Holsteiner.

La production de Clinton est exceptionnelle et le croisement avec les filles d’Heartbreaker est devenu un croisement gagnant. Les exemples les plus connus de ce croisement sont bien sûr les étalons Windows Van Het Costerveld alias Cornet Obolensky, Utrillo Van de Heffinck et son propre frère Conquistador Alias Bush Van de Heffinck, Cordess 2, Consul dl Vie Z. Citons également les performers au plus haut niveau sur 1.60m : Via Volo Van de Molendreef, Ebolensky, Darlon Van Groenhove, Bario Van’t Martendonkerf, Infernape Vd Caatshoeve, Dalphons V, Elud et la liste est encore longue.

Lorsque Paul Merckx met à la saillie sa pouliche de 2 ans Bijou Orai, il ne sait pas encore que cette combinaison de sang se marie à merveille. Il ne sera pas déçu par son instinct. Elle est une fille de Toulon et donc une petite fille de Hertbreaker.

Une mère performante

La jument met au monde Eldorado van de Zeshoek en Belgique en 2004, puis direction la France et le grand sport avec Olivier Perreau. Le couple fait osmose et les résultats en concours 5 étoiles sont au rendez-vous, cumulant 62 000 euros et un ISO 166 (11).

Bijou Orai est depuis restée basée en France et produit pour l’élevage d’Aiguilly de la famille Perreau. Cinq frères et sœur d’Eldorado sont donc nés en France, Dorai d’Aiguilly f. bai (Kannan) qui s’illustre actuellement sur 1.40m avec Olivier Perreau, Game Changer d’Aiguilly m. bai (Big Star), Geisha d’Aiguilly f. bai (Kannan), Ijou d’Aiguilly m. bai (Mylord Carthago) et Jewel d’Aiguilly f. bai (Tangelo Van de Zuuthoeve).

Si les trois premières mères d’Eldorado Van de Zeshoeke sont inscrites au BWP, sa lignée maternelle est bien Holsteiner. C’est la jument Holsteiner Livia née en 1978 par Lord qui a été importée en Belgique. De cette lignée maternelle, se distingue Quetchup de la Roque (Quidam de Revel) ISO 155 CSI 1.50m, Valencia (Quidam de Revel) CSI 1.60m 2e CSIO Calgary, Glamour Vanhet Dennhof (lord z) CSI 1.60m, Jack Vanhet Dennhof (Toulon) CSI 1.60m, Calimero Van’t Roth (Darco) CSI 1.60m 9e CSIO Al Ain, Valdorai (Ahorn z) CSI 1.50m sœur de Bijou Orai, Clay Ourai (Artos z) CSI 1.45m.

Une valorisation optimale

Eldorado Van de Zeshoek est aujourd’hui la propriété d'une grande maison de l’élevage, le Team Nijhof, basée aux Pays Bas, considéré comme l’un des acteurs principaux de l’étalonnage en Europe. Leur collection de grands Sires est impressionnante. Ils ont pour nom Nimmerdor, Heartbreaker, Concorde, Clinton, Burggraaf, Calvados, Lord z, Voltaire, Verdi, entre autres.

Jeannette Nijhof évoque le parcours de son protégé, « nous l’avons repéré lorsqu’il était chez Walter Van der Lelies basé en Belgique, pour être préparé aux sélections étalon du BWP » (la famille Van Der lelies ayant acquis auparavant le jeune Eldorado à son naisseur Paul Merckx). Il est alors sacré champion du BWP au printemps 2007. Il est alors acquis par Nijhof. « Nous l’avons acheté pour sa qualité de saut exceptionnelle en liberté et il avait déjà une très grande envergure. Le pedigree est top avec les chevaux de Grand Prix Clinton et Bijou Orai comme parents. De plus, c’était déjà un très beau cheval. » Le jeune prodige est confié à 4 ans au cavalier hollandais Rob de Bruiyn, pour sa formation classique, puis monté par Hanno Ellermann. Eldorado s’est ainsi qualifié chaque année pour la finale des championnats du monde jeunes chevaux à Lanaken en Belgique. A 6 ans, il est approuvé par le studbook KWPN, puis par neuf autres studbooks : AES, BA, BWP, HANN, NRPS, OS, SF, SWB, signe d’une reconnaissance unanime de la qualité de sa production.

Le haut niveau est atteint durant trois saisons de 2014 à 2016 sous la selle du hollandais Willem Greve. Ils représenteront les Pays-Bas dans la Coupe des Nations de St Gall, Hickstead et La Baule. Jeannette Nijhof résume « ses qualités sportives sont son énorme puissance et son envergure. Il a un très fort caractère et c’est un guerrier. » Willem Greve le compare à un bodybuilder. « Il vaut mieux être son ami, si vous vous battez contre lui, vous perdrez à coup sûr. »

Une production exceptionnelle

Eldorado van de Zeshoek se fait une place de choix parmi les meilleurs pères de gagnants au monde avec une 17e place au classement WBFSH. Au nombre de gains de ses produits, il se classe deuxième au rang mondial derrière Cornet Obolensky, lui aussi par Clinton. Ses descendants cumulent un peu plus de 800 000 euros de gains. Un point à relever, Clinton et Toulon sont également classés dans ce top 25 mondial. Bon sang ne saurait mentir…

Jeannette Nijhof constate que « les mères qui croisent le mieux avec lui, doivent avoir du sang et ne doivent pas avoir un caractère froid. Le courant de sang de For Pleasure croise à merveille avec Eldorado » et plusieurs gagnants à très haut niveau en sont la preuve. On peut citer Elektric Blue P (Max Kühner), Killer Queen VDM (gagnante en Grand Prix 5* et cartouche de choix de Daniel Deusser en vue des JO de Tokyo), Kontador VDM (Emma Stoker), Japatero VDM (Emma Stoker), tous issus d'une mère par For Pleasure. Il y en a bien évidemment d'autres à l'image de Jeunesse, qui a signé deux parcours remarquables dans les Grands Prix d'Aix-la-Chapelle et de Calgary avec Yves Vanderhasselt.

Eldorado Van de Zeshoek saillit 500 juments par an en Europe, dont une centaine en France. Son fils Grandorado TN qui performe sur 1.55m avec Willem Greve connaît lui aussi un franc succès en élevage. Eldorado est un étalon encore jeune et sa progression dans l’élite mondial des reproducteurs va très certainement, continuer dans les prochaines années.