Stud-Book Selle Français : bilan et perspectives
lundi 03 janvier 2022

L'équipe du stud-book Selle Français, ici à Saint-Lô lors de l'approbation des étalons et le championnat de France des deux ans en décembre 2021
L'équipe du stud-book Selle Français, ici à Saint-Lô lors de l'approbation des étalons et le championnat de France des deux ans en décembre 2021 © Les Garennes

Après une année d’ajustement, le Stud-Book Selle Français semble enfin avoir trouvé le nouveau format de sa voie mâle et entend conforter l'approbation des étalons et le championnat de France des deux ans en décembre. Mais ce n’est pas le seul ajustement que l’association concrétisera en 2022, année d’élection. Retour sur le bilan et les perspectives du stud-book Selle Français dans le numéro 398 de L'Eperon Hebdo.

C’est donc mi-décembre, après une période de qualification rétrécie, tenant sur le mois de novembre, que se tiendront désormais testage et approbation des étalons de trois ans, ainsi que le championnat de France des deux ans. Cet ajustement devrait permettre plus de visibilité dans le calendrier du stud-book Selle Français, et éviter les qualifications des mâles au printemps, de façon à leur laisser un peu plus de temps. « On a eu de bons retours de la part des éleveurs », pointe Bérengère Lacroix, directrice du stud-book. « Pendant deux ans, nous avons écouté les avis et nous nous sommes ajustés aux demandes des professionnels. La voie mâle semble donc avoir avoir trouvé son nouveau format. » Et tant mieux, car le calendrier, qui a consisté cette année à sacrer les deux ans l’année de leurs trois ans, pouvait en embrouiller plus d’un. « Cela permet aussi aux propriétaires d’étalons approuvés de prendre le temps, deux mois avant le démarrage des salons des étalons, de réfléchir à ce qu’ils souhaitent faire de leur cheval. » 

Des éleveurs soulagés, des chevaux plus prêts

Un avis bien évidemment partagé par Pascal Cadiou, président du stud-book. « On essaie d’être en adéquation avec les attentes des éleveurs. Et il y avait deux éléments qui ont fait pencher la balance en faveur de ce changement de calendrier : d’abord, au printemps, les éleveurs ont généralement d’autres chats à fouetter. Il y a la période de reproduction, le foin et les qualifications des jeunes chevaux pour les finales des quatre, cinq et six ans », indique le président. « Tenir nos qualifications des deux et trois ans à cette période, c’était ajouter une couche supplémentaire d’activité et on s’est vite rendu compte que nous touchions de moins en moins de structures professionnelles, dont les salariés et dirigeants étaient occupés à autre chose. Et puis, le fait de tenir les qualifications au printemps ne permettait plus aux jeunes chevaux de deux et trois ans d’aller au pré, tout simplement. Or, pour qu’ils se développent de façon optimale, les jeunes ont besoin de manger l’herbe de printemps et de se retrouver avec leurs congénères. C’est essentiel à leur développement, à leur bonne forme physique et mentale. Ce nouveau calendrier permet aux chevaux d’avoir plus de temps et d’être sans doute plus prêts pour les qualifications, d’un point de vue physiologique et mental. »

Un championnat des foals plus tard dans l’année

Ce n’est pas le seul changement que le stud-book Selle Français appliquera à son calendrier : alors que le championnat de France des foals se tient généralement dans le cadre du Normandie Horse Show, mi-août, l’événement sera reculé de plusieurs semaines à compter de 2022 et aura lieu le troisième week-end de septembre.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 398 de L'Eperon Hebdo (paru le 29 décembre 2021), disponible sur notre boutique en ligne.