Don Amour Waverley, champion 2021 des quatre ans
samedi 18 septembre 2021

Don Amour Waverley et Jessica Michel Botton
Don Amour Waverley et Jessica Michel Botton © SHF/Les Garennes

Avec un contingent de trente partants, équivalent à celui de 2020, la finale des quatre ans en cycle classique affichait une belle régularité en terme de participation. Don Amour Waverley décroche le titre 2021, sous la selle de Jessica Michel Botton.

Lors de la reprise préliminaire, Sambuca Jiva, jument oldenbourg, fille de Sir Rubinstein et d’une mère par le Hannovrien Christ, l’emportait avec une très belle moyenne de 88.800% sous la selle d’Elsa Maulet, tandis que Jessica Michel Botton plaçait My Toto VDT (86.800%), Don Amour Waverley (85.600%) et Vicomte de Hus (85.600) dans le quatuor de tête. Seuls les quinze meilleurs étaient conviés à disputer la reprise finale, sous l’œil expert et acéré d’Isabelle Judet. 

Don Amour Waverley (Don Juan de Hus), en copropriété entre sa cavalière Jessica Michel Botton et Claudia Chauchard, boucle la reprise gagnante évaluée à 87.413% par les juges qui soulignaient la qualité exceptionnelle de son trot, son élasticité, sa liberté d’épaules et sa mise en main, en dépit d’une légère contraction au galop. Don Amour Waverley succède ainsi à Maximus Jung HP du Wincke (Noipan) champion 2020 également confié aux commandes de Jessica Michel Botton. La cavalière, qui depuis 2018 partage son temps entre ses propres chevaux et ceux du Haras de Hus, classe My Toto VDT (Glock’s Toto Jr.), propriété de Helgstrand Dressage, en seconde position avec un score de 86.587%. Vicomte de Hus (Vivaldi) termine quant à lui en sixième position avec une moyenne de 80.870%. La cavalière se disait enchantée des prestations de ses protégés, qui se sont particulièrement bien comportés malgré un contexte propice à l’émotion. 

Troisième sous la selle de Victor Brua, trente-quatre ans, Berlioz LH (Bon Cœur) obtient la note de 86.283% pour « une reprise homogène, un cheval attentif, un trot énergique, un pas actif et ample, et un galop puissant et léger » selon les juges. Le cavalier installé à l’élevage du Montroyer à Villars-Santenoge (51) depuis un an et demi achetait Berlioz LH à l’âge de huit jours chez Jean Claude Ferrand, éleveur à La Houdairie en Mayenne (53). « Il m’a très bien conseillé à l’époque, je le considère comme l’un des meilleurs éleveurs en France actuellement. Berlioz a un tempérament formidable et beaucoup de force, cette finale n’est qu’une étape, j’ai hâte de le voir à sept ou huit ans », commente Victor Brua qui rend hommage à son épouse Clémence pour le soutien indéfectible qu’elle lui apporte, mais regrette toutefois que la note de modèle, assortie d’un coefficient de 0.3, ait rétrogradé Berlioz de la seconde à la troisième place au championnat. « C’est juste un peu triste pour le cheval. » 

Également Elite, comme les six meilleurs de cette finale, le mâle Dempsey FBC (Don Juan de Hus), propriété de Barbara Clément Klinger et de son époux Francis Clément depuis un an et demi, se voit gratifié d’une moyenne de 84.978% et prend la quatrième place pour une reprise « agréable, harmonieuse, avec un cheval à l’écoute et une équitation plaisante » déroulée par Théo Besnier, vingt-deux ans, cavalier depuis moins d’un an dans les installations du couple. Le cavalier rend hommage à Dempsey, qui a « donné tout ce qu’il pouvait. » Barbara indique avoir été séduite par Dempsey pour son chic et son ossature solide. « Il a beaucoup de force, il peut parfois être explosif, je l’ai confié à Théo qui le gère parfaitement. » 

Sambuca Jiva, née chez Bernadette Brune, déroule une reprise évaluée à 83.800% qui lui vaut la cinquième place. Isabelle Judet pointait « un trot léger, élastique et dynamique, un pas énergique » mais regrettait parfois un « manque de stabilité, ainsi qu’un manque de projection au galop. » Sa cavalière Elsa Maulet, vingt-huit ans, partage son temps entre les écuries familiales de sa mère Anna au château de Thorens (74) et les écuries Jivahill à Crozet (01), propriété de Ian et Virginia Lundin, qu’elle rejoignait en octobre dernier, et dont elle montait quatre protégés lors de ces finales. Comme l’explique Elsa « cette finale n’était pas l’objectif de l’année, car notre collaboration est encore très récente. Au printemps, ils n’étaient pas du tout assez avancés pour envisager la finale, mais finalement, ils se sont révélés prêts, et suite à ce dernier concours, ils auront une longue pause de six mois. Sambuca était un peu stressée, légèrement en apnée, et moi aussi sans doute, mais je suis super fière d’elle, car elle a très peu d’expérience car j’ai fait le minimum d’épreuves pour la qualifier. » 

Isabelle Judet, présidente du jury pour cette classe d’âge, identifiait lors de cette finale 2021 « quelques chevaux vraiment intéressants aux trois allures, dont le top 10 assez bien montés, suivis de chevaux plus moyens ou qui n’étaient visiblement pas en pleine forme. Les quatre ans sont irréguliers. Soit ils traversent une mauvaise passe, soit ils sont en phase de croissance, ou émus par le contexte », soulignait-elle, faisant peut-être allusion notamment aux conditions météo très difficiles, suite aux très violents chutes de pluie qui s’abattaient sur le site lors de la reprise préliminaire. 

Résultats complets sur https://horseresults.winjump.fr