Finale YH CSI4* de Bourg en Bresse : Fleur d’Oz Vitalhorse et J’Adore, les belles gagnantes des 6 et 7 ans
samedi 22 mai 2021

Lalie Saclier et J'Adore s'imposent dans le Grand Prix des 7 ans à l'occasion du Jumping International de Bourg-en-Bresse
Lalie Saclier et J'Adore s'imposent dans le Grand Prix des 7 ans à l'occasion du Jumping International de Bourg-en-Bresse © Jean-Louis Perrier

Un lot relevé de 6 et 7 ans était en piste au Jumping International de Bourg en Bresse. Des chevaux héritiers d’une belle génétique et présentant un fort potentiel se sont affrontés dans l’épreuve finale avec barrage. Les 6 ans ont été dominés par Fleur d’Oz Vitalhorse sous la selle de Benoit Cernin, tandis que Lalie Saclier mène J’Adore à la victoire dans les 7 ans.

Déjà vainqueur de l’épreuve du vendredi, Benoit Cernin s’est imposé dans le grand prix des 6 ans avec Fleur d’Oz*Vitalhorse, une Selle Français par Olimbos Merzé SF née dans l’Ain chez Olivier Gaillard. Cette belle alezane est entrée dans le piquet du bourguignon l’hiver dernier, acheté après le CIR de Cluny par Philippe Clerc. Montée jusque là par son naisseur, elle est née d’une de ses anciennes juments de concours, Manon de Sémilly par Papillon Rouge SF qui a déjà produit Baghera d’Oz (Kalaska de Sémilly SF) avec qui Olivier Gaillard remportait le GP du CSI1* de Chazey. Benoit Cernin ne tarit pas d’éloges sur cette jument qui a été sagement préservée dans ses premières années. Pour Philippe Clerc qui gère la société Vitalhorse, Fleur d’Oz est une jument destinée au plus haut niveau et capable d’assurer la relève de Seurat Galotière, qui est aussi sa propriété. « C’est une belle histoire car je connais Charly, le père d’Olivier, depuis longtemps. Nous étions ensemble au club du Tournebride, et c’était aussi un de mes fournisseurs dans ses activités de serrurier pour mon cabinet d’architecte. », explique-t-il. La deuxième place est prise par le slovaque Bronislav Chubyda avec le wesphalien Casaleon (Connect, Holst), un cheval qui a fait ses classes dans la région à 5 ans avec Eddy Seguin-Maure. Le podium est bouclé avec la pétulante Frimousse du Bidou, SF par le BWP Trésor et Kalia de Safray SF par Diamant de Sémilly, née chez Charles Hubert Blin (14) et montée par Anna Maria Pokraszov.

J’Adore, la bien nommée pour gagner ! 

Sur les trente 6 ans engagés, les chevaux Selle Français, parfois montés par des cavaliers étrangers, représentaient la moitié des partants. La proportion était moindre dans les cinquante-deux partants de 7 ans, avec chez les représentants du SF une grosse majorité de pères étrangers, tandis que Diamant de Sémilly s’affiche une fois de plus comme un chef de race européen avec plusieurs descendants inscrits dans les stud-books voisins du BWP ou Z. On remarque dans le classement final deux étalons SF issus des meilleures souches Selle Français : à la 5e place monté par François Xavier Boudant, Eros du Château par Kannan KWPN et une fille de Robin II Z et de l’excellente Sophie du Château (Galoubet A). Il est suivi par Emir de Chanu, monté par Marie Demonte, un joli bai par l’oldenbourg Air Jordan, avec une des meilleures lignées normandes remontant à l’exceptionnelle Danaé (Starter). Mais c’est dans un duel de juments que s’est jouée la victoire. Déjà au 2e rang dans l’épreuve au chrono du vendredi, Julien Gonin retrouve cette place associé à Epona de Ponthual, par Lux Z (Hann) et Nunutt de Ponthual SF, par Le Tôt de Sémilly SF née chez Pierre Puisset (35). Si le cavalier de l’Ain a remporté le trophée Jacques Robert récompensant le meilleur cavalier dans ses épreuves de 6 et 7 ans, il doit s’incliner dans cette finale des 7 ans devant le chrono à couper le souffle de Lalie Saclier avec J’Adore, une KWPN par Carambole (Holst) et une fille de Chin Chin (Holst). D’un petit modèle mais débordante d’énergie, J’Adore a été achetée à 5 ans à Axelle Borelle qui venait de la ramener des Pays-Bas. Lalie Saclier a su prendre son temps avec cette jument très volontaire mais aussi très sensible. Félicitée par Thierry Pomel, Lalie Saclier exprimait toute sa confiance en sa jument : « C’est son 3e grand prix 7 ans, et son 3e double sans faute ! À Vichy et à Tours, je n’avais pas cherché à jouer le chrono. Là j’ai senti qu’elle pouvait le faire et elle a vraiment bien répondu ! » Après la vente de son complice de longue date en Grand Prix Tescari Jac, voilà une relève qui tombe à pic pour la jeune bourguignonne, mais la petite baie attire déjà les convoitises ! 

Tous les résultats sont disponibles : ici.