GSD : Finest Brand confirme sa domination dans le Cycle libre 4 ans
dimanche 27 septembre 2020

Julie Texier et Finest Brand Grande Semaine Fontainebleau
Finest Brand, sous la selle de Julie Texier, vainqueur du Critérium Cycle libre 4 ans © Les Garennes

En dépit de conditions météo dignes d’un week-end de Toussaint, les 18 chevaux de quatre ans inscrits sur le circuit Cycle libre auront donné leur maximum.

Le splendide bai brun foncé Trakehner Finest Brand, fils de Sanssouci, confirme la qualité qu’il avait déjà affichée en remportant la reprise préliminaire du premier jour (84,200%) et s’adjuge la victoire de la reprise finale (79.400) ainsi que le titre de champion de ce Critérium 2020 sous la selle de sa propriétaire Julie Texier avec une note moyenne de 81.800% sur les deux jours. La cavalière, décoratrice d’intérieur, est basée au Pin à côté de Cholet où son époux Pierre, cavalier de concours complet au niveau 3* et Pro 1, gère une écurie de quelques chevaux de sport. Julie le précise, elle court également en concours complet au niveau amateur Elite et 2*. « C’est le dressage qui m’a amenée au complet. J’ai toujours choisi mes chevaux sur leurs allures, pour m’occuper ensuite de l’obstacle et du cross. Cette année, nous avons la chance d’avoir Finest Brand, qui est aussi gentil qu’il est beau, et dont les allures sont exceptionnelles. Il a énormément grandi cette année, c’est pourquoi nous avons opté uniquement pour le dressage. Il attaquera sa carrière de complet plus tard. Nous l’avons acheté à 3 ans à Marie Charlotte Fuss qui l’avait en dépôt vente. » La saison est terminée pour Finest Brand, mais actuellement les négociations entre Julie et Pierre vont bon train. Il est question que le champion de dressage soit à nouveau sur les rectangles en début de saison avant de débuter dans la discipline à laquelle il est destiné. « Sur le cross, il est très droit, il a une amplitude exceptionnelle et un équilibre formidable. Sur les barres, pour le moment, il est un peu emmené par sa locomotion, mais il a surtout le mental nécessaire pour faire un excellent cheval de complet. »

Sunshein Jung, jument Oldenburg fille de Farhenheit, décroche la deuxième place du critérium avec une moyenne de 79.300%, pour le plus grand plaisir de sa cavalière Fleur Maugars. « Sunshein est née chez Philippe Jung en Lorraine, elle m’appartient depuis l’âge d’un an. Je suis basée dans l’Aisne, aux écuries du Rocher à Saint Croix, où mon mari Henri Samuel et moi-même gérons une écurie de propriétaires et un centre équestre. Depuis trois ou quatre ans, nous travaillons régulièrement avec Mathieu Berville qui suit également certains de nos cavaliers, et nous élevons également des chevaux de dressage, à raison d’une à deux naissances par an avec l’affixe de Fascyne. Nous avons déjà eu une foal vice-championne à la présentation de France Dressage en 2019, et un mâle 6ème des foals en 2018.  Nous pourrions conserver Sunshein pour l’avenir en tant que poulinière. Pour l’instant j’ignore encore si elle poursuivra sur le circuit jeunes chevaux. »

Le podium est complété par Freya des Paluds, fille de Don Juan de Hus, montée par Agathe André qui boucle son critérium avec une moyenne de 78.200%. La cavalière venue des Bouches du Rhône gère avec sa sœur Alice une quinzaine de chevaux au sein de l’écurie du Castillon spécialisée dans la discipline du dressage. Nous travaillons régulièrement avec le Haras des Paluds sur la valorisation des jeunes chevaux. « J‘ai opté pour le cycle libre car Freya toise plus d’1m80, elle a mis longtemps à se développer, nous n’avons pas voulu la bousculer dans sa morphologie. Malgré sa grande taille, elle est très fine à monter, elle a du sang. L’année prochaine nous aviserons en fonction de son évolution. Depuis deux ans, nous travaillons avec Anne Sophie Serre, car l’élevage Massa est à quinze minutes de chez nous. Nous avons acheté Freya à l’âge de deux ans, elle a super caractère et un très bon comportement. A terme elle est destinée à être commercialisée. » Anne Sophie Serre le confirme, entre le cycle libre et le cycle classique, il existe des différences techniques, mais les critères de disponibilités et de dressabiliité du cheval sont identiques. « Ce n’est pas parce qu’un cheval fait les cycles libres qu’il n’atteindra pas le haut niveau plus tard. »

Résultats complets : ICI