GSD : L’élevage Massa domine chez les 6 ans !
lundi 28 septembre 2020

Arnaud Serre et James Bond de Massa Grande Semaine de Dressage 2020
Arnaud Serre et James Bond de Massa © Les Garennes

Après les 4 et les 5 ans, ce sont les 6 ans qui ont clôturé cette édition 2020 de la Grande Semaine de l’élevage à Fontainebleau. Et quoi de mieux qu’un doublé de l’élevage Massa, grâce à James Bond de Massa et Jedai de Massa, pour terminer ces finales nationales jeunes chevaux !

Alors que l’on entend souvent en bord de piste que les chevaux ibériques ne sont pas forcément faits pour participer aux épreuves jeunes chevaux, il y a bien un élevage en France qui a su faire mentir ces dires depuis quelques années maintenant. Rappelez-vous, en 2018, Join Me de Massa remportait la finale des 4 ans à Saumur, tandis que l’année dernière, James Bond de Massa s’emparait de la médaille d’argent dans la catégorie des 5 ans. Et ce ne sont qu’un tout petit récapitulatif des résultats des chevaux Massa sur les finales nationales jeunes chevaux ! Un palmarès qui vient d’ailleurs de s’étoffer grâce aux deux médailles décrochées par James Bond de Massa (étalon CPD par Bravour B et Xaquiro) et Jedai de Massa (étalon CPD par Don Juan de Hus et Galopin de La Font), sacrés respectivement champion et vice-champion de France 2020. « La Grande Semaine s’est plutôt bien passée pour l’élevage Massa et même très bien dans les 6 ans », sourit Arnaud Serre. 

Après sa deuxième place dans la Préliminaire, sous la selle d’Arnaud Serre, James Bond de Massa a remporté l’épreuve finale avec une moyenne de 82,200%, de quoi lui permettre d’être sacré champion de France avec une moyenne générale de 81,867% et la mention Elite. « C’est un cheval que je monte depuis qu’il a 3 ans. Je le connais donc très bien puisqu’il se classait déjà sixième à 4 ans puis deuxième à 5 ans ». Sur la deuxième marche du podium donc, un autre produit de l’élevage Massa, lui aussi issu de sang croisé. « Jedai est monté par notre cavalier maison à Anne-Sophie et moi, Nicolas Giraud. Le cavalier mais aussi le cheval, participaient à leur premier championnat jeunes chevaux ! C’est un cheval qui était un peu tardif, on a pris le temps de le construire mais il a beaucoup de talent, et cela nous a aussi permis de lancer Nicolas dans le grand bain. Il s’investit beaucoup, il est très à l’écoute, c’était une manière de le récompenser en lui permettant de monter un bon cheval en championnat. Et avec un titre de vice-champion, c’est fantastique ! ». Et quelle récompense puisqu’avec une note de 80,800% dans la Finale, le couple termine le championnat des 6 ans avec une moyenne globale de 80,667% et la mention Elite. « C’est un cheval dans lequel nous croyons beaucoup », pointe Arnaud Serre. Sur la troisième marche du podium, et donc médaillé de bronze, on retrouve Antonin Schuchard et son fils de Negro, et d’une mère par San Remo, Ninjago. Vainqueur de la Préliminaire, le couple prend la troisième place de la Finale avec une note de 79%. Avec une moyenne générale de 80%, le Hanovrien décroche lui aussi une mention Elite.

Paris 2024 dans le viseur

James Bond de Massa et Jedai de Massa auront alors su tirer leur épingle du jeu cette année, à Fontainebleau. « Dans les 6 ans, le niveau d’éducation entre aussi en jeu. Les reprises sont plus techniques avec les épaules en dedans et les appuyers au trot, les demi-pirouettes au pas, les changements de pieds au galop. On se rend d’ailleurs compte que chaque année, dans les 6 ans, il y a moins de partants que dans les 4 et 5 ans », souligne le cavalier de Grand Prix avant de préciser : « Avec un bon niveau d’éducation, de l’entrainement et des chevaux qui ont du potentiel, nous arrivons quand même à exister ». Et en ce qui concerne le champion de France 2020, le potentiel ne semble pas manquer. Ni la personnalité ! « James Bond a trois bonnes allures et le trot s’améliore chaque année, tandis que le pas et le galop sont ses points forts. Sur la Finale, il a été un peu chaud avec la pluie, le vent, les tentes qui s’envolaient, je suis resté un peu prudent. Il peut être vite distrait et sous ses airs attentifs il reste un vrai étalon un peu joueur. C’est un peu un guignol (rires). Il est très gentil à pied mais en selle il peut facilement faire le dos rond, il est très joueur et expressif ».

Avec les changements de pieds rapprochés dans la boite et les bases du travail au piaffer enclenchées, James Bond de Massa devrait intégrer le piquet de haut niveau d’Arnaud Serre dans les années à venir. « Il appartient à Françoise Niclaus, qui l’a acheté rapidement à l’élevage, il n’est donc pas à vendre. A 2 ans, on ne voyait que lui et d’ailleurs le KWPN voulait le faire approuver aux Pays-Bas. Sylvain Massa a préféré le garder pour qu’il serve aussi de vitrine pour la race CPD Lusitano Sport. Pour moi, c’est sûr, il fera le Grand Prix et d’ailleurs je compte sur lui pour Paris 2024 », lâche-t-il. Et c’est dans cette optique que James Bond de Massa - mais aussi Jedai de Massa - va poursuivre sa formation. « Nous n’allons pas les présenter à la sélection pour les championnats du monde de Verden. S’ils tournaient à 90% pourquoi pas mais ce n’est pas le cas. Cette année, les championnats du Monde se tiennent en décembre, cela va nous retarder dans la progression des chevaux dans l’apprentissage du Grand Prix, on souhaite donc continuer à les former vers les 7 ans. Pour autant, ils ne sortiront peut-être pas l’année prochaine, comme nous l’avions fait avec Addict de Massa et Actuelle de Massa, pour les revoir ensuite à 8 ans », conclut Arnaud Serre.

Les résultats complets : ICI.