GSD : Maximus Jung HP du Winckel sacré champion de France 4 ans
dimanche 27 septembre 2020

Jessica Michel Botton avec le gagnant du Critérium des 4 ans, Maximus Jung HP de Wincke © Les Garennes

Alors qu’elle occupait les trois premières places de la Préliminaire 4 ans vendredi, Jessica Michel-Botton n’a finalement placé qu’une seule de ses trois montures de cette catégorie d’âge sur le podium, Maximus Jung HP du Winckel. Mais pas sur n’importe quelle marche, la première !

Comme dans la Finale des 5 ans, tous les couples engagés dans la Préliminaire 4 ans repartaient dans la Finale ce dimanche. Ainsi, après le retrait de trois couples pour l’ultime épreuve, ils étaient vingt-sept au départ de cette très difficile finale des chevaux de 4 ans, sur le Petit Parquet de Fontainebleau. Très difficile pour la simple et bonne raison que la météo avait décidé de jouer avec les nerfs des chevaux et donc de leurs cavaliers ! Pluie, bourrasques de vent, éléments qui s’envolaient ou claquaient autour de la piste, la plus jeune génération de chevaux présente à la Grande Semaine de l’élevage a dû affronter des conditions plus que délicates ce dimanche matin ! « C’était un sacré challenge, lâche le président du jury, Jean-Michel Roudier. C’était aussi difficile à monter pour les cavaliers qu’à juger pour nous ! » En effet, bon nombre de chevaux de 4 ans n’ont pu contenir leurs émotions face à de telles conditions météorologiques, n’entamant pourtant pas la qualité et le niveau de cette ultime manche des finales nationales. « Malgré tout, cette finale des 4 ans a été magnifique, prouvant de la qualité de l’élevage mais aussi de l’équitation des cavaliers. Nous avons assisté aujourd’hui à un niveau international et nous pouvons être heureux et fiers quant à l’avenir de la France lorsque l’on assiste à une telle progression », s’enthousiasme le juge 5*. 

Les juments à l’honneur

Cinquième de la Préliminaire, Muschamp Quelle Classe (Oldenbourg par Quaterbold du Payrol et Herzruf) a été l’une des « victimes » de cette météo capricieuse sous la selle de l’Australienne Rebecca Rooke. Mais si la très énergique jument alezane a été perturbée par l’ambiance sur la piste, elle a aussi montré une très grande qualité dans ses allures, lui permettant de décrocher une note de 85% sur la Finale. En cumulant la Préliminaire, au coefficient 1 (83%), la note de modèle, au coefficient 0,3 (77,500%) ainsi que la Finale, au coefficient 2, Muschamp Quelle Chance s’est emparée de la médaille d’argent avec une note globale de 83,712%. « C’est une jument que j’ai fait naitre donc j’attendais ça depuis 4 ans, explique Rebecca Rooke. Elle a beaucoup d’énergie, il faut donc pouvoir la gérer, mais elle est toujours revenue avec moi lorsqu’elle avait peur en piste. Elle a beaucoup de qualité, trois belles allures, très souples et régulières. Je crois beaucoup en elle pour l’avenir », confie celle qui espère retrouver les installations du Grand Parquet l’année prochaine. « J’aime beaucoup ce terrain, tout est propre, les pistes sont bonnes et l’organisation parfaite », souligne Rebecca Rooke, installée proche de Tour, dans les Ecuries de la Vallée des Rois dans lesquelles elle loue une douzaine de boxes.

Une fois n’est pas coutume, après la domination des hongres et mâles chez les 5 ans, ce sont les juments qui ont été à l’honneur chez les 4 ans. En selle sur Loudzi Gold, une Hanovrienne par Livaldon et Scolari qu’elle a achetée à trois mois, Pauline Guillem a elle aussi subi les foudres du temps ce dimanche. Expressive et dynamique, la grande baie a finalement pris sur elle pour présenter ses bonnes allures et ses bonnes dispositions au sport. En sortant de piste avec une note de 84,200% sur la Finale, Loudzi Gold remporte la médaille de bronze avec un total de 83,394%. « Les conditions étaient vraiment difficiles pour des 4 ans, et d’ailleurs, l’un des trois chevaux que je présentais a été très perturbé alors qu’il est habituellement très sage », insiste Pauline Guillem qui était présente à Fontainebleau avec cinq chevaux : trois 4 ans, un 5 ans et une 6 ans. « Cette médaille est une belle récompense. Même si elle a eu peur au début d’une lettre qui est tombée, les juges m’ont laissé le temps de la remettre en confiance avant de véritablement commencer ma reprise », sourit celle dont la gestion de cette drôle de saison n’a pas été si facile. « Je trouve que cela a été d’autant plus difficile pour les chevaux d’âges que pour les 4 ans. En effet, nous savons qu’à cet âge-là ils sont un peu verts, mais pour les autres, auxquels on demande des choses plus techniques, un ou deux concours de plus auraient été bienvenue », confie Pauline qui en profite pour remercier ses propriétaires, Coralie Galoy, Guillaume Trubuil et le Haras de Malleret. 

Trente-et-unième titre pour Jessica Michel

Sur la plus haute marche du podium, et donc sacré champion de France des 4 ans 2020, Maximus Jung HP du Winckel (étalon oldenbourg par Morricone et Florencio 2), présenté par Jessica Michel-Botton. Après avoir réalisé le triplé chez les 5 ans la veille, et avoir dominé la Préliminaire 4 ans avec ses trois chevaux, tous les yeux étaient rivés sur la cavalière aux trente titres de championne de France Jeunes Chevaux. Mais voilà, même Jessica Michel-Botton peut aussi tomber sur un os lorsqu’il s’agit de conditions météos difficiles. Si Fabio de Hus (Hanovrien par Don Juan de Hus et Wanderbusch II) a été perturbé par des parapluies, Guardian de Saint Val (Selle français par Don Juan de Hus et Florencio 2) a lui été gêné par une fenêtre ouverte de la cabine des juges. « En Finale c’est toujours comme ça, on peut avoir été dans les trois premiers le premier jour et terminer dernier le deuxième », s’amuse Jessica qui, rassurez-vous, n’a pas fermé le classement de cette Finale des 4 ans ! Bien au contraire. Malgré des « bêtises », les deux protégés de la cavalière ont pris respectivement la quatrième place (82,955% de moyenne globale) et la sixième place (81,333% de moyenne générale). « Les juges ont été assez tolérants et à vrai dire, si l’on m’avait dit avant de partir pour la Grande Semaine, que je serais un, quatre et six dans les 4 ans, je n’y aurais pas cru », lance Jessica. « Fabio est un cheval qui reste sensible à l’environnement et Guardian peut se mettre un peu sous pression en entrant en piste, je suis donc très satisfaite de leurs résultats à tous les deux ».

Comme dans la Préliminaire, c’est donc Maximus Jung HP du Winckel qui a fait preuve qu’une attitude exemplaire en piste. Imperturbable, l’étalon noir a décroché une note de 92,400% dans la Finale, lui permettant de remporter la médaille d’or avec un score global de 91,833%. « Pas un seul instant il s’est dit que cela faisait peur, que c’était stressant d’être ici, il m’a suivi à 100%. C’est un cheval qui a beaucoup d’équilibre même s’il faut encore le construire un peu car il manque encore de force au trot », analyse Jessica qui décrochait donc son trente-et-unième titre national sur la Grande Semaine. Une prouesse impossible sans une organisation millimétrée et une équipe de choc à ses côtés. « J’ai été un peu perturbée cette année, et je n’aime trop le changement (rires), car certains de mes chevaux étaient encore en concours dix jours avant le départ pour Fontainebleau. Habituellement, les chevaux sont qualifiés assez tôt, ce qui me laisse le temps de leur donner des vacances puis de faire un plan spécifique pour chacun en vue de l’échéance ».

Et la cavalière du Haras de Hus a pu compter sur une équipe motivée pour l’entourer. « Gilles, mon mari, et Gonzalo, mon cavalier, se sont occupés des modèles, tandis que mes grooms, Jeanne et Victoria et moi, nous sommes occupées des chevaux à monter pour les épreuves ». Et si habituellement, encore une fois, la saison est bien terminée à cette époque de l’année pour Jessica, cette année, les championnats du monde devraient se tenir en décembre, à Verden. « La sélection va se jouer au Mans, du 15 au 18 octobre, cela va donc arriver très vite. Je compte y présenter mes trois chevaux de 5 ans, Zouzo Majishan, GoldenRomance Malleret PS et Djembe de Hus. Il faudra ensuite garder à l’entrainement ceux qui seront qualifiés alors que je consacre d’habitude cette partie de l’année au passage au niveau supérieur ». 

Et il ne fait aucun doute que Jessica Michel-Botton saura s’adapter à ces conditions exceptionnelles même si la cavalière aurait aussi aimé pouvoir compter sur son plus précieux fils de Don Juan de Hus, Dorian Grey de Hus. « Malheureusement, il s’est blessé en se donnant un coup au paddock. Rien de grave pour l’avenir mais qui nécessite de prendre son temps pour le remettre au travail. Il ne participera donc pas aux championnats du monde des 7 ans », confie-t-elle, assurant que Xavier Marie, propriétaire du Haras de Hus, n’a heureusement pas changé de politique concernant le champion de France des 4, 5 et 6 ans. « Il n’est toujours pas à vendre », conclut Jessica. 

Les résultats complets : ICI.