Galikova de Beaufour, Gold Sky de Pégase et Guyana de la Cense concluent leur année de 5 ans beauté
dimanche 05 septembre 2021

Gold Sky de Pégase et Alix Ragot
Gold Sky de Pégase et Alix Ragot arrachent la victoire chez les 5 ans hongres et entiers © Jean-Louis Perrier

Au terme de deux étapes qualificatives et avec les différents points de bonifications, les meilleurs des 5 ans en lice sur le Grand Parquet se sont retrouvés ce samedi pour un ultime parcours. Chez les juments comme dans la catégorie hongres et entiers, la fin du classement a donné lieu a quelques bouleversements.

Après une journée de repos, les 5 ans ont retrouvé la piste de la carrière des Princes dans leur quête aux titres et labels. La matinée déjà très ensoleillée a commencé avec les représentants des stud-books étrangers. Le débat sur le bien fondé de cette section est récurrent, et la victoire de Guyana de la Cense ne va pas manquer de l’alimenter : cette jument confiée à Jean-Marc Le Guennec se trouve dans cette catégorie car son père, le BWP Trésor, n’était pas approuvé pour produire en Selle Français. Ses performances permettent désormais à la jument de Markus Hauri née dans la Manche d’intégrer le stud-book Selle Français. On remarque aussi dans cette catégorie de nombreux chevaux issus de la meilleure génétique française avec plusieurs produits de Diamant de Semilly triples sans-faute, mais aussi un fils de l’illustre Fragance de Chalus (JaliscoB), Qoup de Cœur de Muze, fruit du croisement avec le BWP Mosito VH Hellehof choisi par Joris de Brabander.

Les juments normandes dominent la génération

Après les fautes de Graffiti de la Violle et l’abandon après refus de Gazania de Baerenrain, les cinq « Elite » des juments de 5 ans signent un tir groupé des éleveurs du terroir normand. Le titre 2021 est pour Galikova de Beaufour, dont l’éleveur Eric Levallois a des mots sans équivoque quand on lui demande son sentiment sur cette victoire : « Je suis heureux parce que c’est une belle jument. J’ai acheté sa mère, Caliente VD Faunushoene (par Clinton), parce que son origine m’intéressait, mais c’était une grande jument qui n’est pas vraiment facile. Le croisement avec Diamant était risqué, mais cela a vraiment bien fonctionné. Galikova n’est pas sortie à 4 ans car, comme mes autres chevaux, elle a grandi en Pologne. J’ai fait des transferts cette année et j’ai deux embryons de Cornet du Lys. »

La vice-championne est aussi une fille de Diamant de Semilly : Gerbera du Marais, montée par Armand Darragon, et qui avait déjà fait forte impression lors des deux qualificatives. Grande Dame DK, montée par Hadrien Leleu, représente le savoir-faire du Haras d’Ick qui a croisé son étalon By Cera d’Ick avec la performer Cool Girl d’Ick (Kannan). Au quatrième rang, Glycine de St Martin (Giovani de la Pomme et Soraya de St Martin par Calvaro), confiée à Benjamin Devulder et né chez Jacques Legoupil dans le Cotentin. Audrey Paris complètent le quinté normand avec Guernica des Forêts (Bella Baloubet et Sonate des Forêts par Dollar dela Pierre), issue de l’élevage familial.

Le bel envol de Gold Sky de Pegase

Même scénario côté masculin, où les deux leaders du provisoire, Gandor du Fief et Guardian Ste Hermelle, n’ont pas renouvelé un parcours parfait. C’est Alix Ragot qui mène à la victoire son jeune étalon Gold Sky de Pégase, fils de son étalon performer Thais de Pégase. « C’est une belle histoire car c’est mon père qui a fait naître Thais. La mère de Gold Sky, Heurause (Herzensdieb), avait été achetée par ma belle-mère pour ses belles allures. Gold Sky n’est pas très grand mais très souple. Je dis de lui que c’est un sale gosse mais c’est un véritable surdoué ! Je suis content pour Thais, que j’ai retiré de la compétition après une blessure. Il n’intéressait pas beaucoup les éleveurs car il n’a pas une souche exceptionnelle mais on commence à me le demander ! »

On retrouve le terroir normand avec le vice-champion, Génial de B’Neville (Kapitol d’Argonne et Nuance de B’Neville par Talent Platière), monté par Jonathan Chabrol qui vient d’intégrer l’écurie d’Olivier Le Vot, co-propriétaire avec son naisseur Jean-Baptiste Thiébot de ce Selle Français Originel. Gin Fizz des Matis (Contendro et Perle de Cheux par Tresor de Cheux), monté par Arnaud Bourdois, représente l’élevage du Calvados de la famille Houssin. Sa mère a déjà produit le prometteur Baladin des Matis (Padock du Plessis), qui évolue avec Nicolas Delmotte. Ghana du Gast (Ogrion des Champs et Banda du Sartel par Ogano Sitte), né chez Roland Ricart (22),se classe quatrième du championnat avec Corentin Derouet pour l’écurie de Bruno Rocuet. Le président de la SHF, Michel Guiot, peut se féliciter de la cinquième place de Guess d’Asschaut (Ready Boy des Forêts et Van R par Feinschnitt I Z) qu’il a fait naître pour le compte de la Belge Anne Muys.

Pour consulter les résultats complets, cliquez ici.