Grande semaine de Pompadour : Invictus for Fly… veni, vidi, vici
jeudi 22 septembre 2022

Invictus for Fly, monté par Thomas Carlile, remporte le titre chez les quatre ans
Invictus for Fly, monté par Thomas Carlile, remporte le titre chez les quatre ans © Adèle Vaupré

En latin, « invictus » signifie, « invincible, dont on ne triomphe pas ». Cette semaine, à l’occasion des finales Cycles classiques Jeunes chevaux de quatre ans, il en est un qui a parfaitement porté son nom : Invictus for Fly. Le hongre Selle Français monté par Thomas Carlile a dominé la compétition de bout en bout, devenant le nouveau champion de France de sa génération.

Hier déjà, les bases étaient posées. À l’issue du dressage, Invictus for Fly, produit de Malito de Reve, terminait sa reprise de dressage avec la meilleure note de l’épreuve : 83.18%, soit 16.8 points. Sur sa selle, l’un des meilleurs formateurs de jeunes chevaux de la discipline, Thomas Carlile. Forcément, le cavalier - tout juste revenu des championnats du monde de Pratoni del Vivaro - entendait bien transformer l’essai et offrir le titre à ce cheval à l’histoire si particulière. « Jean-Jacques Montagne (propriétaire de plusieurs chevaux de concours complet et du haras des Sens) voulait faire un cadeau de mariage à sa femme Annick. Ils m’ont demandé de leur trouver un chouette jeune cheval. J’ai mis un moment à le trouver, j’ai parcouru plusieurs fois le pays », raconte Tom. Jusqu’ici, rien d’anormal direz-vous. Mais c’est presque une heureuse coïncidence qui a mené Tom jusqu’au gris. « Invictus est le frère utérin de Darmagnac (de Béliard, également sous sa selle et avec qui il était aux Mondiaux de Pratoni, ndlr). Sa mère, Palme de Moyon, a appartenu à Gérard Brescon, qui l’avait vendue pleine d’Upsilon. Il s’avère qu’elle n’est pas allée très loin de chez moi puisqu’elle est à Saint-Paterne-Racan », un village du Maine-et-Loire à une trentaine de minutes des écuries du complétiste, qui continue son récit : « Ses éleveurs m’avaient appelé pour me dire qu’ils avaient un deux ans qui avait le profil de ce que je recherchais. Sachant que je connaissais les origines, ils m’ont envoyé quelques vidéos et je suis allé le voir. Il m’avait bien plu.. mais à deux ans, c’était un peu jeune (pour se faire une vraie idée, ndlr). Comme j’ai parcouru plusieurs fois le pays entre temps et que je n’ai toujours pas trouvé la perle rare, je suis retourné le voir quand il avait trois ans. Il avait bien évolué, alors j’ai emmené Jean-Jacques et Annick le voir. Ils n’ont pas été séduits de suite, mais il m’avait tapé dans l’oeil alors j’ai demandé aux éleveurs de me le mettre un peu au travail pendant un mois. Ils sont revenus le voir à la maison, le cheval allait super bien, donc ils l’ont acheté. »

Une « machine » en devenir

Un achat qu’ils ne regrettent probablement pas puisque le gris, après avoir assuré sur les barres et décroché un parcours sans pénalité, a couru facilement son cross, en réalisant un maxi sans rien regarder, et a obtenu une note de 16 au style. Ajoutez-y un 15.6 au modèle et vous tenez le nouveau champion de France, qui cumule un total de 25.10 points. Son cavalier n’est d’ailleurs pas avare de compliments. « C’est un chouette cheval », affirme Tom. « Il a vraiment de la dimension, trois bonnes allures, un beau moteur, une super technique de saut, beaucoup d’abattage dans le galop » et pour couronner le tout, « il a l’air d’avoir un mental plutôt sérieux ». Si son cavalier estime qu’il a encore besoin de parfaire son harmonie corporelle, ce qui est tout à fait normal pour un cheval de cet âge, et qu’il n’est pas « un quatre ans précoce », il pense qu’au fur et à mesure des années, il deviendra « une sacrée machine ». 

Inca d’Austral et Indrish’Ka sur le podium

Aux deux et troisième places de ce championnat, on retrouve deux autres Selle Français, tous deux alezans. Sur la deuxième marche du podium, le fils de Cicave du Talus et d’une mère par Quite Easy, Inca d’Austral - monté par Nicolas Pertusa - totalise 25.40 points en décrochant la meilleure note au modèle (16.3). En bronze, avec 30.20 points, on retrouve Indrish'ka, produit de l’élevage de la famille Castagné, à qui L’Eperon avait consacré un reportage, sous la selle de Marine Castagné. Cette pouliche est le fruit de l’association entre l’étalon star du concours complet, Upsilon, et la jument à la base de l’élevage 'Ka, Loupaline du Haul, mariage visiblement fort bien réussi. Si l’alezane n’était "que" quatrième à l’issue du criterium (22.7 points), son 16.7 en style, soit la meilleure note, et son 15.8 au modèle lui ont permis de grappiller une place sur Ipnose du Riol (Canturo), quatrième avec un total championnat de 30.70 points aux rênes de Jérémy Dupont

Pour consulter les résultats, cliquez ici