Le bon sang d'Almé et Diamant chez les gagnants
mardi 07 septembre 2010

GS10-Rackham’Jo-doerr
Gilbert Doerr et Rackham’Jo © www.scoopdyga.com

C’est une génération de cinq ans nettement dominée par les chevaux d’origines étrangères qui s’est révélée cette année au public du Grand Parquet.

Mais in fine, c’est le sang du chef de race international bien français Almé, associé à celui du très présent Diamant de Sémilly qui coule dans les veines des deux champions, mâle et femelle, le puissant Rackham’Jo et l’élégante Rafale de Kerglenn.En 2010, près de 3000 chevaux ont participé au cycle classique cinq ans, 448 se sont qualifiés pour les finales en parvenant à cumuler les 1050 euros de gains nécessaires et 366 se sont déplacés effectivement à Fontainebleau. Parmi ceux-ci 103 chevaux parvenaient en finale, dernière étape comptant pour le championnat, et 36 sont sans faute sur ce dernier test.

Rafale de Kerglenn (Dollar dela Pierre et Olympe de Kerglenn par Diamant de Semilly) remporte très facilement le championnat des femelles, sous la selle de l’homme de la semaine, Guillaume Batillat. Grande jument élancé, sérieuse avec de la force, un magnifique passage de dos et beaucoup de sérénité, Rafale est née dans les Côtes d’Armor chez Alain Richard. Cette pure selle français, c’est devenu assez rare pour être souligné, n’est autre que la petite fille de la championne des 7 ans avec Jean Le Monze, Jumpy de Kreisker (Quito de Baussy).

Très régulière sur le circuit tout au long de la saison, notée de très belle façon à la manière comme au modèle, elle domine de plus d’un point au classement général du championnat une autre jument de très belle origine, Roupie Plessis Roque (Kannan et Ketty du Plessis par Adelfos) présentée par Jonathan Tirard. Comme son nom l’indique, cette grise très stable au joli plané qui exécute ses tours dans le plus pur style hunter, est née de la collaboration de Michel Hécart, haras de la Roque, et d’André et Annick Chenu, haras du Plessis (14) qui apportent la prolifique et qualiteuse souche Bourrée.

Dernière à monter sur le podium sous la selle du cavalier champardennais Bérenger Oudin, nous trouvons Rémoise d’Argent, une très sérieuse fille de l’étalon sBs de Brabander, Querlybet Hero (Baloubet du Rouet) et de Furie de Champagne par Royal Feu, bonne gagnante avec François Pelamatti. Appliquée, avec un dos fort, cette jument née à la EARL de la Commelle dans la Marne vérifie le principe voulant que oreillard et qualité vont souvent de paire.Trois autres pouliches entrent dans la catégorie Elite. La suivante provient également de la souche Chenu de Bourrée. Il s’agit de Rapide du Rouet (L’Arc de Triomphe Bois Margot et Mandalay de la Wantz par Baloubet du Rouet) montée par Benjamin Robert et née chez Yannick Fardin dans la Manche. De l’envergure sans aucun doute.On revient à Kannan avec la 5e du championnat, la belle Rosalie du Rozel (et Quinte du Rozel par Elf III), née à la SCEA Blin Lebreton (50), lui appartenant et montée par Christophe Lemoine. Sa mère, classée elle-même dans le championnat des six ans en 1988, a produit d’excellents gagnants (Jumping du Rozel) et appartient à une souche également très fourni en chevaux de qualité, sous cet affixe. Enfin la 6e Elite est la charmante pie alezane Rapsodie du Godion (Quaprice Bois Margot et Liberty Rose par Libero H), montée par la fille de son naisseur dans le Nord Virginie Lefebvre, avec laquelle elle forme un couple serein et efficace. Rapsodie compense un geste de devant un peu déficient par de sacrés ressorts sous les pieds. Rafraichissante sinon classique.

Chez les mâles et hongres, le podium est très particulier car les trois chevaux qui s’y installent ont tous un lien direct avec l’élevage mexicain La Silla d’Alfonso Romo !Rackham’Jo, (Diamant de Semilly et Atrevida la Silla par Alcamera de Moyon),le « Jo » est pour Joelle Mestrallet, son naisseur dans le Calvados, fait aussi un magnifique champion, auteur de 20 sans faute sur 20 parcours tout au long de la saison avec Gilbert Doer. Grand cheval, fort, sans être lourd, sérieux et coopératif, Rackham’Jo est fils d’une jument née au haras La Silla, achetée pouliche par Madame Mestrallet, et issue de la grande gagnante internationale sous la selle de Jean Claude Vangenberghe (Bel), Renata Z (Ramiro). Et donc sœur utérine de l’actuel cheval de tête de Rodrigo Pessoa, Rebozo II (Dollar dela Pierre) !Le deuxième, Lucero LS (Dollar dela Pierre et Armonia La Silla par Acord II holst) est lui né au Mexique et évolue sous la selle du cavalier de La Silla en France, Christian Hermon, qui le décrit comme un peu tardif, mais avec un très bon mental et de gros moyens. Déjà finaliste à 4 ans, il vient d’être approuvé étalon.

Quant au troisième, Vivaldi du Dom sBs, (Casall et Eurasie de Beaume par Veneur du Prelet), joli cheval attentif, avec un bel équilibre, monté avec justesse et sang froid par le jeune Edgar Paillousse, pas vraiment un professionnel du circuit jeunes chevaux, il est fils de Casall La Silla, l’un des actuels chevaux de tête du suédois Rolf Goran Bengtson ! Né dans le département du Nord chez Dominique Masson qui avait flashé sur Casall lors de sa victoire dans le championnat du Holstein à 5 ans, Vivaldi a trouvé refuge au sBs, car la France ne lui offrait en 2005 qu’un livret de cheval OI, origine inconnue !On revient dans l’hexagone avec le quatrième Elite de ce championnat, un selle français, Redbird Cactus (Kento et I am Sure par Surcouf de Revel) à la SCEA Ledermann (27), chez qui il est né, monté par Tony Hanquinquant. Ce hongre, taché de blanc, et doté d’une belle galopade, a montré beaucoup d’aisance. Il est issu de la légendaire Nouba B, qui vécut une double carrière, sport et élevage, jusqu’à un âge avancé.Rasper du Géry (Dollar du Murier et Haisy kwpn par Jasper) né chez Denis Gauffreteau (79) est le cinquième Elite. Il est monté par Christophe Deuquet, cavalier qui donne à ses chevaux un style souvent peu classique. C’est le cas ici avec ce cheval doté d’une grande action, un peu décousu, mais très efficace avec de la force. Il avait d’ailleurs exécuté une excellente saison qui le plaçait parmi les meilleurs en terme de gains.

Enfin, sixième, toujours Elite, le sBs chic avec beaucoup de style, Vaillant du Garden’s (Canturo et Phedra de l’Eau par Voltaire) est né en Belgique chez Nathalie Beaufort, et il appartient depuis le sevrage à son cavalier Pedro Nolasco, brésilien installé en Belgique, mais adepte du cycle classique français, également présent sur le circuit des CSI en Europe.Voilà pour cette génération de laquelle quelque beaux sujets se dégagent, même si le selle français a quelquefois bien du mal à y retrouver ses chatons …Force est de constater la présence quasi envahissante des étalons étrangers dans les origines, notamment de ceux qui se sont établis en France il y a quelques années, tels Kannan, Quaprice Bois Margot , Calvaro, ou encore de L'Arc de Triomphe Bois Margot, dont il faut souligner la réussite en 5 ans, génération dans laquelle il comptait peu de naissances. On peut se rassurer en disant que les poids lourds du selle français, tels Diamant de Semilly et Dollar dela Pierre -qui s’affirme ici sérieusement- résistent bien et investissent eux aussi les élevages de chevaux de sport des autres pays d’Europe.

ITV et parcours ici