Mondial du Lion, six ans : Anna Lena Schaaf en or, Nicolas Touzaint deuxième
dimanche 24 octobre 2021

Coup d'essai, et coup de maître pour Anna Lena Schaaf, qui l'emporte avec Lagona 4
Coup d'essai, et coup de maître pour Anna Lena Schaaf, qui l'emporte avec Lagona 4 © Marie Cresson/Hop Photographie

Après une compétition menée de bout en bout, l'Allemande Anna Lena Schaaf et Lagona 4 ont remporté le Mondial du Lion des chevaux de six ans. Côté Français, si Thomas Carlile et Fair Lady des Broucks ne parviennent malheureusement pas à transformer leur essai, Nicolas Touzaint et Fibonacci de Lessac*HDC terminent deuxièmes, tandis que l'Italienne Rebecca Chiappero se hisse sur la troisième marche, avec Bonmahon Chelsea.

Elle disait hier que sa partenaire était « une bonne jument d'hippique », et elle a eu raison. Sur la carrière de l'hippodrome du Lion d'Angers, la jeune Anna Lena Schaaf a réalisé le concours parfait. En tête dès le dressage, l'Allemande de vingt ans (qui participait pour la première fois de sa carrière au Mondial du Lion) vient d'offrir à sa Lagona 4 (Lavagon) le titre de championne du monde des chevaux de six ans. « Elle a été incroyable ! Elle est restée concentrée tout au long du parcours, et j'ai vraiment l'impression qu'elle a adoré avoir tout ce monde autour de la carrière qui ne regardait qu'elle, s'amusait la cavalière. J'ai senti qu'elle a tout fait pour me donner le meilleur d'elle-même. Elle a été brillante. » Effectivement, alors que d'autres avant elle semblaient émus devant la foule, Lagona n'a montré aucun signe d'inquiétude et a déroulé un hippique sans aucun accroc, en toute décontraction, et démontrant des qualités évidentes pour cet ultime test.

Une dernière épreuve qui a donné du fil à retordre à beaucoup de concurrents. Si le parcours proposé par le chef de piste, Jean-Pierre Cosnuau, n'était pas techniquement inaccessible, la proximité directe avec le public en a perturbé plus d'un. Nombreux sont les concurrents qui ont fauté sur la combinaison placée en fin de parcours le long de la tribune démontable, ainsi que sur le vertical n°3. Celui-ci était installé après un demi-tour, dos à l'entrée de piste et en direction des tribunes fixes. Laisser toutes les barres sur les taquets assurait une belle remontée au classement. Et ce n'est pas la cavalière italienne Rebecca Chiappero qui dira le contraire. Avec Bonmahon Chelsea (Chellsini Z), un étalon Irish Sport Horse, elle créé la surprise en montant sur la troisième marche du podium. Quatorzième après un dressage à 30.9 points de pénalité, la paire était remontée au dixième rang à l'issue du cross, qu'elle bouclait en conservant son score du dressage. Ce matin, sur l'hippique, l'Italienne et son bai ont préféré assurer le sans-faute, quitte à prendre un peu de temps. Un pari gagnant puisqu'ils n'ont pas touché la moindre barre et qu'ils ont un très beau bon dans le classement malgré un ajout 0.8 point à leur total pour deux secondes de temps dépassé.

Fibonacci de Lessac*HDC vice-champion du monde

Le chouchou du public, l'Angevin Nicolas Touzaint, a régalé ses supporters sur ce dernier test. Il présentait l'inexpérimenté, mais déjà très talentueux, Fibonacci de Lessac*HDC (Carinjo*HDC). Avec un double sans-faute sur le cross et l'hippique et un dressage au-delà de la barre symbolique des 70%, « il est très, très prometteur», ne cesse de répéter son cavalier. « Qu’il soit deuxième aujourd’hui c’est une vraie satisfaction et c’est très encourageant pour la suite. J’avais beaucoup d’inconnues sur son comportement par rapport à l’ambiance, la déco, le monde, le bruit... c’est pour ça que je suis resté prudent dans mes discours tout le week-end. Dans le potentiel et les aptitudes, pour moi, c’est un cheval qui est vraiment au-dessus de la moyenne. » Bien que très satisfait de sa performance ce week-end, Nicolas pense déjà à la suite et aux axes de progression de son hongre. « Il y avait quelques petites instabilités sur le dressage, qui j’espère n’auront plus lieu dans un an. Il s'est aussi un peu contracté sur l'hippique et je le perds dans le virage entre les obstacles 2 et 3, où il s'ouvre complètement et regarde partout. Ces petites fautes sont normales aujourd'hui, mais à l'avenir elles pourraient me coûter une faute », fait-il remarquer. Et d'ajouter qu'il est quand même « un cheval hors norme ».

Un avis partagé par sa propriétaire, tombée amoureuse de la discipline et des gens qui la composent il y a maintenant cinq ans, Emmanuèle Perron-Pette, pour qui ce jour n'est « que du bonheur ». Repéré à trois ans par Nicolas et le Haras des Coudrettes, Fibonacci a d'abord fait ses classes en saut d'obstacles avant de rejoindre la discipline du concours complet il y a moins d'un an. « On s’était dit qu’on allait le rentrer dans notre système de CSO et le basculer en complet dans l’année de cinq ans, souligne la propriétaire. Donc forcément, arriver à être vice-champion du monde à six ans, c’est formidable. On a un système qui fonctionne pas mal (rires) ! J’espère que c’est le premier d’une longue série avec Nicolas. »

À l'année prochaine ? 

Onzième hier après le cross, Fabrice Saintemarie et Faisons Un Rêve (Adzaro de l'Abbaye) restent finalement aux portes du top 10 après un parcours à quatre points. Le cavalier n'a pu éviter une faute sur le vertical n°3. « Les nombreux applaudissements du public lors de l'annonce de mon départ l'ont un peu tendu. Il m’a fallu deux/trois obstacles pour le remettre dedans, et malheureusement à l'abord du n°3, il n’est pas revenu assez vite avec moi. La place était normale, mais il y a quand même eu faute. C'est le jeu », analysait Fabrice, quand même très content de son championnat, qu'il espérait terminer sur une bonne note. « Sur le reste du tour, j'ai plutôt bien monté, le cheval a bien sauté. Il a fait un très beau concours », conclut celui qui espère revenir l'année prochaine avec le même cheval. 
En revanche, tout ne s'est pas passé comme prévu pour Thomas Carlile et Fair Lady des Broucks, qui ont vu tout espoir de podium s'envoler en début de tour. Le Sarthois et sa fille d'Upsilon ont renversé les obstacles n°3, 4A et 4B. Avec douze points supplémentaires au compteur, ils terminent finalement à la dix-septième place. 

Pour consulter les résultats complet du championnat des six ans, cliquez ici