L’espoir autour d’Ice Cream Brimbelles
dimanche 20 septembre 2020

Ice Cream Brimbelles
Ice Cream Brimbelles © Coll. privée

Un des plus rares produits de l’élevage des Brimbelles a été vendu aux enchères de pouliches 100% normandes Cheval Normandie/NASH. Ice Cream a rejoint le 17 septembre ses nouveaux propriétaires au Haras d’Authuit.

La jument s’approche d’une allure confiante, aborde l’obstacle avec un galop souple, les oreilles en avant, et réalise un mouvement ample et rapide. « Quand on l’a regardé sur la vidéo en liberté, c’est vraiment tout ce qu’on aimait. » Axel Vancolen est ravi. Le directeur du Haras d’Authuit a fait l’acquisition le 14 septembre d’une pouliche des Brimbelles à l'occasion des ventes organisées par Cheval Normandie sur la plateforme NASH. 

Vendue sans préparation

Ice Cream Brimbelles était le top price de l’évènement, à 90 500€. L’affaire peut sembler peu juteuse pour un cheval de 2 ans. C’est sans compter sur les parents de la belle baie foncé, croisés avec minutie par l’élevage normand, que sont Windows VH Costersveld alias Cornet Obolensky et Kaolympe Plardière par Diamant de Semilly. 
« Ça a été un peu un hasard. […] On n’avait pas pensé la vendre au départ », raconte Cristel Schumacher, de l’équipe dirigeante du Haras des Brimbelles. Cheval Normandie avait repéré la mère et les a contacté pour Ice Cream. « Donc on s’est dit : ‘Bon, on va voir.’ On l’a mis dans le manège, on l’a fait sauter deux fois chez nous et on a vu qu’elle sautait vraiment très bien. » La pouliche qui sort du pré émerveille. « Naturellement elle s’est mise à sauter comme ça, sans appréhension de la barre. »

Des origines qui ne trompent pas

Avec son grand format et ses traits racés, Ice Cream Brimbelles s’inscrit dans la lignée du Selle Français originel. La réputation de son père, Cornet Obolensky, n’est plus à faire. Grand cheval de sport, il a remporté les championnats d’Europe par équipe en 2011 et plusieurs Coupes des nations sous la selle de Marco Kütscher. Mais il est surtout un reproducteur fécond avec presque 3 000 produits à son actif et une place de 3ème meilleur étalon de CSO au classement WBFSH de 2016. Parmi sa descendance, on retrouve Clooney 51 (médaille d’argent aux JEM 2018 et champion d’Europe en 2019 avec Martin Fuchs), Cornet d’Amour (vainqueur de la finale de Coupe du monde Longines de Lyon en 2014 avec Daniel Deusser), Comme Il Faut, qui s’illustre sous la selle de Marcus Ehning, et bien d’autres. 

Les résultats sont tout aussi impressionnants du côté de la mère. Kaolympe Plardière est le produit de Diamant de Semilly et d’Olympe Du Tertre, jument aux nombreuses performances internationales avec Patrice Delaveau. Kaolympe a suivi les circuits des 4 et 5 ans mais, « comme dans les épreuves elle était beaucoup trop chaude, ils l’ont mis à la reproduction », explique Cristel Schumacher. Elle se révèle être une poulinière exceptionnelle. Une dizaine de ses produits sautent en 140 et au-dessus, et plusieurs font état d’ISO impressionnants : Sombrero Brimbelles (ISO 148), Amak des Brimbelles Z (ISO 147) ou encore Ukulele Brimbelles (ISO 144). Un gage de qualité quand on sait que l’IFCE affirme que seulement 2% des chevaux dépassent l’indice 140. 

Kaolympe Plardière, souche précieuse

Sa naisseuse l’assure : « Tous les produits de cette jument sautent et nous on a, avec différents pères, des produits qui sont sous la selle de notre fils, Titouan Schumacher, et qui font des épreuves 140-155. » À ses produits, Kaolympe lègue un bon coup de saut, un passage de dos et des postérieurs appréciables. « C’est vraiment ça qui la caractérise. » De son côté, le père apporte « sa puissance et son respect ». 
Ce croisement prometteur, le Haras des Brimbelles l’a répété quatre fois et a obtenu quatre pouliches (de 1 à 4 ans). « Pour nous c’est top, ça permet de suivre la lignée de Kaolympe. » Groovy de Brimbelles est la plus âgée et elle a entamé le circuit des 4 ans cet été. Toujours propriété du haras et sous la selle d’Antoine Helie, elle fait preuve d’un bon coup de saut et totalise cinq parcours sans fautes sur neuf sorties. Kaolympe pour son élevage, c’est un beau hasard. Mais le cavalier Axel Vancolen reconnaît le travail derrière : « Ils ont super bien travaillé dans leur réflexion génétique. C’est très bien fait. »

« Au quotidien ce sont des chevaux très agréables »

Le Haras d’Authuit possédait déjà des chevaux des Brimbelles depuis plusieurs années, issus de trois souches différentes. Des poulains, une poulinière et des frères et sœurs utérins d’Ice Cream avec Cup of Brimbelles et Darkhorse Brimbelles. « C’est un peu notre star du haras, notre cheval fétiche », reconnaît Axel Vancolen. Au-delà de sa production, l’étalon de 7 ans est un pari d’avenir pour le cavalier. Il est très souvent classé et a été vice-champion du circuit des 4 ans et de celui des 5 ans. 
Des chevaux qui sautent mais qui sont aussi pratiques dans le travail. « La mère a l’air de les produire avec une super tête. Les deux que j’ai sont très faciles, très simples dans leur tête, très calmes, très concours. » Cette expérience a encouragé le Haras d’Authuit à choisir Ice Cream. L’année de ses 3 ans sera consacrée au transfert d’embryons vers d’autres poulinières, pour travailler avec cette souche au sein de l’élevage. Pour la suite, Axel Vancolen n’est pas pressé. « Je la vois comme une jument pour faire du très gros sport. » Il va donc la ménager, la faire entrer sur le circuit jeunes chevaux à 5 ans et commencer les épreuves importantes plus tard.