Ventes NASH / Cheval Normandie : engouement pour les foals malgré 56,5% de rachat
mercredi 23 septembre 2020

Kornetta Mouche
Kornetta Mouche (Cornet du Lys) fait partie des quatre pouliches ayant trouvé preneur et a été adjugée à 21 000€ © NASH AUCTION

Après un premier bilan général de sa toute première vente 100% en ligne, l'agence de vente aux enchères normande NASH et Cheval Normandie ont choisi avec courage et conviction de jouer la transparence en communiquant les résultats détaillés. Ce sont ainsi pas moins de 56,5% des lots présentés qui ont été rachetés par leurs propriétaires, un chiffre élevé mais contrebalancé par des transactions intéressantes autour des pouliches.

Toutes les catégories ne sont évidemment pas logées à la même enseigne. Sur dix juments de 3 ans présentées, seules quatre ont changé de mains : la top price Ice Cream Brimbelles (Cornet Obolensky) à 90500€ (lire son histoire ICI), la fille de l'étalon actuellement en vogue en Normandie Candy de Nantuel, Helma Mouche (36 000€), la belle grise Horée Manciaise, sans doute pénalisée par sa modeste taille (21 000€) et enfin Helia d'Altenbach (Andiamo de Semilly) adjugée 12 500€. Hypnotic Semilly a été rachetée par son naisseur Richard Levallois à 28 000€, de même que Handy de Coquerie (25 000€). Sans surprise, les deux prix les plus élevés sont ceux ayant suscité le plus grand nombre d'enchères (82 pour le top price, 36 pour Helma Mouche).

Chez les pouliches de l'année, quatre ont trouvé preneur : Kornetta Mouche (Cornet du Lys), top price à 21 000€, Karma du Thot (Ready Boy des Forêts), à 17 500€, Karlota Manciaise (par le rare Big Star) à 14 500€, et Kabriole Clairelle (Conthargos) cédée à 12 500€, soit une moyenne intéressante de 16 500€.

Les embryons, quant à eux, n'ont pas fait recette. Seul celui de l'excellente Lavande de l'Isle par Number One d'Iso (souche de Quabri de l'Isle) a été vendu (11 500€), de même que le futur produit de Klassephole (CSI sous la selle de Timothée Anciaume) avec Nervoso, cédé pour 6 500€.

L'excellente qualité génétique des lots présentés a très clairement séduit les acheteurs mais la clientèle touchée par ces ventes n'est semble-t-il pas encore tout à fait prête à investir de façon doublement virtuelle (par le mode d'enchère et le type de produit proposé, en l’occurrence les embryons). Retrouvez ICI l'analyse de cette première édition à la lumière des propos de ses principaux instigateurs, Sébastien Branly, Julien Bellet et Bertrand Poirier.

Retrouvez les résultats détaillés des ventes : ICI.